Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les muscles de Poutine"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Valls, l'acrobate"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

PS : la fête de la "Tomatina" à la Rochelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys : la sécurité dans les transports au cœur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

Asie - pacifique

Un Français, soupçonné de liens avec Al-Qaïda, recherché par les autorités indonésiennes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/08/2010

En Indonésie, les autorités sont actuellement à la poursuite de Frédéric Jean Salvi, un Français soupçonné de préparer des attentats à Jakarta avec des militants d'Al-Qaïda.

AFP - Les autorités indonésiennes recherchent un Français soupçonné de préparer avec des militants d'Al-Qaïda des attentats à Jakarta du type de ceux qui ont été perpétrés en 2008 à Bombay, en Inde.

Frédéric Jean Salvi a un passé de militant extrémiste en France, a déclaré à l'AFP le chef de la lutte antiterroriste au ministère indonésien de la Sécurité, Ansyaad Mbai.

"Nos homologues de la police française nous ont informés qu'il était citoyen français et que c'était un militant extrémiste en France, sans que nous sachions précisément de quel genre d'extrémiste il s'agit", a indiqué M. Mbai.

"Nous savons que les groupes terroristes transnationaux coopèrent les uns avec les autres. Nous travaillons avec les Français sur cette question", a-t-il souligné.

Salvi, dont le pseudonyme est Ali, pourrait être musulman, a-t-il encore indiqué.

Au cours de raids antiterroristes dans l'ouest de l'île indonésienne de Java le 7 août dernier, la police a arrêté cinq suspects, et elle a saisi des substances explosives dans un atelier clandestin de fabrication de bombes, ainsi qu'un véhicule appartenant à un Français et qui pourrait avoir été destiné à commettre un attentat à la voiture piégée.

La police a alors annoncé qu'elle avait sollicité l'aide d'Interpol pour retrouver le propriétaire du véhicule.

"Il (Salvi) a aidé les terroristes en leur prêtant sa voiture. Nous enquêtons pour savoir si la voiture devait être utilisée comme voiture piégée", a déclaré M. Mbai.

Après la découverte en février dernier d'un camp d'entraînement de terroristes à Aceh, dans le nord de l'île de Sumatra, la police a arrêté au cours de raids à travers le pays 102 personnes suspectes. Soixante-six de ces personnes ont été maintenues en détention.

Le prédicateur islamiste Abu Bakar Bashir a été arrêté la semaine dernière sous l'accusation de financer et d'entraîner des extrémistes liés à Al-Qaïda qui prépareraient une série d'attentats à Jakarta.

Selon la police, ceux qui projetaient ces attaques s'inspiraient des attentats islamistes qui avaient fait 166 morts en novembre 2008 à Bombay.
 

Première publication : 19/08/2010

  • YÉMEN

    Arrestation d'une trentaine d'étrangers suspectés de liens avec Al-Qaïda

    En savoir plus

  • INDONÉSIE

    Arrestation de l'imam radical Abou Bakar Bachir

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le nouveau magazine en ligne d'Al-Qaïda, parodie ou véritable instrument de propagande ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)