Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à l'âge de 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Afrique

Des incidents éclatent au deuxième jour de grève

©

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/08/2010

Les policiers ont utilisé des canons à eaux et tiré des balles en caoutchouc contre des manifestants qui tentaient de pénétrer dans un hôpital de Johannesburg. Environ 1,3 million de fonctionnaires sont appelés à une grève illimitée.

AFP - La police sud-africaine a utilisé les canons à eaux et tiré des balles en caoutchouc jeudi contre des agents des services de santé en grève qui tentaient de pénétrer dans un hôpital de Johannesburg jeudi, au deuxième jour d'une grève illimitée des fonctionnaires.

Quelque 1,3 million de personnels des services publics sont appelés depuis mercredi à la grève illimitée pour obtenir des augmentations de salaires, et des piquets de grève se sont postés devant les hôpitaux et les écoles.

A Johannesburg, environ 150 salariés ont manifesté devant l'hôpital Hani Baragwanath qui dessert le township de Soweto et ont tenté de pénétrer dans les locaux.

La police a utilisé les canons à eau et les balles en caoutchouc pour repousser les manifestants.

Les personnels de santé, comme les policiers et les agents des services d'immigration, ne peuvent faire grève. Cependant certains employés de l'hôpital ont cessé le travail et ont voulu convaincre leurs collègues restés à l'intérieur d'en faire autant, a expliqué Hamilton Maswanganyi, jardinier à l'hôpital.

"Nous avons voulu aller leur parler mais la police ne nous l'a pas permis", a-t-il dit. Selon lui, certains manifestants ont été blessés.

Le porte-parole du gouvernement Themba Maseko a dénoncé "la violence, les intimidations et des actes de brutalité proches de la criminalité qui ont caractérisé la grève dans plusieurs régions du pays". Il a déclaré que les médecins militaires étaient prêts à intervenir si besoin dans les hôpitaux publics.

Les syndicats revendiquent une hausse des salaires de 8,6% - soit plus de deux fois le taux d'inflation - et d'une allocation logement de 1.000 rands (137 dollars, 107 euros).

De son côté, le gouvernement a fait jeudi une proposition ferme de 7% de hausse des salaires et d'une allocation logement de 700 rands (75,16 euros), une mesure qui coûtera à l'Etat cinq milliards de rands (537 millions d'euros).

Il a prévenu que l'accord serait appliqué unilatéralement si les syndicats ne le signaient pas dans les 21 jours.

Le gouvernement estime que ces revalorisations vont affaiblir les services publics, alors que l'administration du président Jacob Zuma est sous pression pour renforcer sa politique du logement et d'accès à l'eau et l'électricité aux Sud-Africains les plus pauvres.

Les syndicats d'Afrique du Sud, politiquement influents sont des alliés clé du parti de M. Zuma, le Congrès national africain (CNA). Mais la politique économique du gouvernement, ainsi que la colère de la population face au train de vie de certains dirigeants, ont écorné cette alliance.

Première publication : 19/08/2010

  • AFRIQUE DU SUD

    Les fonctionnaires se lancent dans une grève illimitée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)