Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Economie

La Russie remet en cause l'achat de navires de guerre Mistral à la France

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/08/2010

Paris et Moscou avaient annoncé, en mars, l'engagement de "négociations exclusives" pour l'achat du porte-hélicoptères français Mistral. Cinq mois plus tard, la Russie annonce son intention de remettre le marché en jeu.

AFP - La Russie, dont les négociations avec la France sur l'achat de puissants navires de guerre Mistral achoppent sur les transferts de technologie, remet le marché en jeu en ouvrant un appel d'offres à tous les acteurs du marché, a-t-on appris jeudi.

"Le ministère de Défense va lancer un appel d'offres, une commission est en cours de création pour l'organiser", a indiqué à l'AFP Igor Riabov, un porte-parole de la holding russe des chantiers navals OSK. Cette holding est un partenaire potentiel des constructeurs étrangers comme la France, ou le sud-coréen Daewoo, sur ce marché.

Cet appel d'offres devrait être lancé en septembre.

Contacté par l'AFP, le ministère russe de la Défense n'a pour sa part fait aucun commentaire dans l'immédiat

Selon le quotidien économique russe Kommersant, c'est OSK, holding présidée par le vice-Premier ministre Igor Setchine, qui a "obtenu du ministère de la Défense l'ouverture d'un appel d'offres".

M. Setchine, une personnalité influente auprès du Premier ministre Vladimir Poutine, a été récemment chargé des négociations sur l'acquisition du Mistral.

Paris et Moscou avaient annoncé en mars des "négociations exclusives" pour l'achat de ce porte-hélicoptère. En juillet, le président français Nicolas Sarkozy avait annoncé que la décision de construire en France deux Mistral pour la Russie était "certaine".

Pour le journal Kommersant jeudi, l'annonce d'un appel d'offres "signifie que le ministère russe de la Défense a renoncé à l'achat sans alternative du porte-hélicoptères français".

Mais la partie française a déclaré ne pas être inquiète.

"La France ne voit aucune raison de s'inquiéter des développements", a déclaré la présidence française. "Les conversations se poursuivent normalement, dans un excellent contexte", a ajouté le palais de l'Elysée.

Pour des observateurs, la décision de Moscou est surtout un moyen de faire pression sur Paris pour avancer dans les négociations.

Paris est en négociations depuis 2009 avec Moscou sur ce marché de quatre bâtiments, dont la Russie voudrait construire plusieurs exemplaires dans ses propres chantiers.

De source française proche du dossier, on précise qu'il s'agit de "négociations directes entre Paris et Moscou sur des coques non armées".

Le commandant en chef de la marine russe, l'amiral Vladimir Vissotski, a de son côté souligné en juillet que Moscou exigeait un transfert de technologie, faute de quoi le marché n'aboutirait pas.

Le porte-parole d'OSK a d'ailleurs indiqué que la holding proposait à la France une coopération poussée.

"Nous proposons à la partie française de créer une entreprise commune" pour construire ces navires en Russie, a-t-il dit.

L'alternative qui risque d'être opposée au Mistral dans cet appel d'offres est une coopération entre OSK et le sud-coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME), avec lequel la holding russe a déjà une coentreprise.

Il s'agirait de construire dans les chantiers navals russes le porte-hélicoptère sud-coréen de classe Dokdo, d'un coût estimé à 650 millions de dollars (500 millions d'euros), un prix équivalent à celui du Mistral.

L'annonce par la Russie de son intention de commander à la France quatre bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, un navire de 200 mètres capable d'emporter hélicoptères, troupes et blindés pour des interventions rapides, avait suscité l'inquiétude des pays baltes et de la Géorgie.

Cette perspective, qui serait la première transaction de ce type entre un pays de l'Otan et la Russie, a également suscité des critiques aux Etats-Unis.
 

Première publication : 20/08/2010

  • NUCLÉAIRE

    La Russie et les États-Unis signeront le nouveau traité START à Prague

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)