Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

FRANCE

Près de 130 Roms expulsés vers la Roumanie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/08/2010

Après l'expulsion de 86 Roms jeudi, près de 130 autres ont été renvoyés vers la Roumanie ce vendredi. Face aux critiques de la communauté internationale, le ministre de l'Immigration, Eric Besson, estime que la France n'a "pas de leçons à recevoir".

AFP - Un groupe de 124 Roms rapatriés en Roumanie depuis la France est arrivé vendredi à l'aéroport de Timisoara (ouest), a constaté une correspondante de l'AFP.

"124 personnes sont arrivées par ce vol, 56 hommes, 34 femmes et 34 enfants", a déclaré à l'AFP la police aux frontières roumaine, chiffre également donné par la compagnie aérienne.

Le ministre français de l'Immigration Eric Besson avait annoncé que 139 Roms de Roumanie seraient expulsés de France sur un vol au départ de Paris vendredi.

Portant des cartons dans les bras avec leurs affaires, de gros sacs de jute et tirant de lourdes valises, la plupart d'entre eux ont préféré garder le silence face aux nombreux journalistes qui tentaient de les interroger.

Les rares qui ont accepté de parler n'ont pas caché leur colère ni leur envie de repartir pour échapper à la pauvreté qui les frappe dans la région de Timisoara.

"Demain, je repartirais en France", si je pouvais, lance une femme.

"Je suis revenu volontairement en Roumanie. C'est vrai, je pense à revenir (en France, ndlr), je vais essayer de chercher du travail ici pour avoir l'argent du voyage", dit Radu, 35 ans, sans vouloir donner son nom de famille.

Environ 20.000 Roms vivent souvent dans des conditions de pauvreté extrême, dans des maisons sans électricité ni eau courante, dans le département de Timis.

"Il est clair qu'ils vont chercher des opportunités mais comme elles n'existent pas en Roumanie, ils partiront probablement de nouveau. Les expulsions ne résolvent pas les problèmes de migration. On parle d'une exclusion sociale totale surtout en milieu rural", a déploré le président de l'Association civique des Roms de Roumanie, David Mark, présent à l'aéroport.

Jeudi, les premiers rapatriements de Roms roumains vers Bucarest depuis le durcissement de la politique française à leur égard avaient concerné 86 personnes selon Paris.

Entre janvier et fin juillet, environ 5.000 Roms de Roumanie avaient déjà été rapatriés dans leur pays par la France, selon des chiffres officiels français.

 

Le ministre de l'Immigration Éric Besson : "Nous n'avons pas de leçon à recevoir"

 

Première publication : 20/08/2010

  • FRANCE

    L'expulsion des Roms, une politique inefficace ?

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Roms : "Nous voulons juste une maison et un travail, comme tous les autres gens"

    En savoir plus

  • La difficile intégration des Roms en Pologne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)