Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

Amériques

Un mort lors d'une prise d'otages dans un hôtel de Rio de Janeiro

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/08/2010

La police a mis fin, samedi matin, à une prise d'otages menée par des malfaiteurs armés dans un hôtel d'un quartier chic de Rio de Janeiro. Une personne a été tuée et neuf assaillants ont été arrêtés au cours de l'opération.

AFP - Trente-cinq personnes ont été prises en otages par des malfaiteurs fortement armés samedi dans un hôtel d'un quartier chic de Rio, proche de la favela de Rocinha, une opération qui entache une fois de plus l'image de la ville choisie pour abriter les Jeux Olympiques de 2016.

L'incident, qui a semé la panique dans le quartier, s'est soldé par un mort -une femme liée aux gansters-, quatre policiers et trois malfaiteurs blessés par balles, et neuf arrestations, selon le porte-parole de la police, Lima Castro.

Vers 08H00 du matin, une vingtaine de trafiquants de drogue fortement armés, certains encagoulés, circulant à moto, en voitures et camionnettes, dans le quartier de Sao Conrado, ont été surpris par une patrouille de police.

Ils ont alors ouvert le feu sur les policiers aux abords d'un hôtel de luxe, l'Intercontinental, qui accueillait en cette fin de semaine "1.500 personnes dont quelque 300 touristes étrangers", selon le gérant, Michel Chertouh.

Une partie des bandits a réussi à prendre la fuite en direction de la Rocinha, la plus grande favela de Rio qui surplombe ce quatier chic, tandis qu'un autre groupe s'est réfugié dans l'hôtel où il a pris 35 personnes en otages.

Quelques heures plus tard, les otages étaient libérés par des policiers d'élite, neuf assaillants arrêtés et leurs pistolets mitrailleurs et grenades saisis.

La télévision locale a diffusé des images de la fusillade et de l'hôtel entièrement cerné par les forces de police et survolé par des hélicoptères.

"L'opération policière a été un succès car aucun des otages n'a été blessé", s'est félicité le porte-parole de la police.

"On se serait cru en pleine guerre, avec des canons. Je n'avais jamais pensé vivre cela!", a raconté une femme, témoin de la fusillade, encore sous le choc, à Globo news.

Selon le porte-parole de la police militaire, les recherches se poursuivaient dans l'hôtel pour tenter de retrouver d'autres membres éventuels du groupe armé.

Le gérant de l'Intercontinental a déclaré avoir conseillé aux clients par radio et téléphone internes de l'hôtel -de 15 étages, où se déroulait un congrès de dentistes- "à rester enfermés dans leur chambre". "Aucun client n'a été blessé", a-t-il confirmé.

Un spécialiste en sécurité et ex-policier, Rodrigo Pimentel, a "déploré" l'incident qui, selon lui, "souille l'image de Rio et éloigne les touristes", alors que de grands événements sportifs sont prévus au cours des prochaines années. En 2011, Rio abritera les championnats militaires internationaux, en 2014 plusieurs matchs du Mondial de foot et en 2016 les Jeux Olympiques.

La violence urbaine est un problème endémique dans l'Etat de Rio, en particulier dans les favelas où vivent plusieurs millions de personnes.

L'Etat est l'un des plus violents du Brésil, pays qui enregistre chaque année plus de 40.000 assassinats, soit un taux annuel de 23,8 homicides pour 100.000 habitants, selon des chiffres publiés en 2009 par le ministère de la Justice.

Pimentel a estimé que "des changements devront être établis dans le chronogramme de pacification des favelas" mis en place par les autorités locales pour améliorer la sécurité d'ici à 2014.

"Il existe un chronogramme pour pacifier au moins 44 favelas. La Rocinha était la dernière de la liste, elle va devoir devenir prioritaire", a-t-il souligné.

Première publication : 21/08/2010

COMMENTAIRE(S)