Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, poursuivi pour viol en Suède

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/08/2010

Devenu célèbre pour avoir publié via le site WikiLeaks des milliers de documents confidentiels sur l'Afghanistan, Julian Assange est recherché pour viol en Suède. Des accusations que la nouvelle bête noire du Pentagone juge "sans fondement".

Le fondateur du site internet WikiLeaks, Julian Assange, est recherché en Suède pour viol, a déclaré, samedi, le parquet suédois, confirmant une information parue plus tôt dans la presse locale.

"Julian Assange est recherché pour deux raisons différentes, l'une étant qu'il est accusé de viol", a indiqué à l'AFP le directeur de la communication du parquet, Karin Rosander. Il n'a pas été en mesure de préciser le second chef d'accusation, ni si l'avis de recherche était international.

Selon le quotidien populaire suédois "Expressen", Julian Assange, un Australien de 39 ans, est également recherché pour agression sur une femme. "Ces accusations sont sans fondement et le fait qu’elles apparaissent en ce moment est profondément troublant", a réagi l’intéressé sur le fil Twitter de WikiLeaks, site spécialisé dans la publication de documents confidentiels. "On nous avait avertis de nous attendre à de sales coups, voilà le premier", pouvait-on lire un peu plus tôt sur ce même fil.

Julian Assange était en Suède la semaine dernière. Au cours d'une conférence de presse à Stockholm, il a annoncé sa volonté de publier quelque 15 000 nouveaux documents militaires confidentiels sur la guerre en Afghanistan. La diffusion, fin juillet, de dizaines de milliers de documents secrets sur ce conflit avait déjà créé une vive polémique aux États-Unis. Le Pentagone avait lancé une enquête sur l’origine des fuites.

L’un des collaborateurs de Julian Assange, joint par téléphone par l’AFP en Islande, a pointé du doigt des "organisations puissantes qui veulent faire du mal à WikiLeaks". Il a assuré que Julian Assange "n’était pas au courant de ces accusations avant de les lire ce matin dans le tabloïd de droite 'Expressen'". Il a en outre indiqué qu’il était toujours en Suède, sans vouloir préciser dans quelle ville, et qu'il "irait très vite voir la police" de son propre chef.

Première publication : 21/08/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Wikileaks publiera de nouveaux documents sur l'Afghanistan d'ici quelques semaines

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    "Ce n'est pas notre travail de fournir le contexte"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)