Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

En Afrique du Sud, le mouvement de grève se durcit dans les hôpitaux

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/08/2010

Au sixième jour du mouvement des fonctionnaires, les policiers ont tiré des balles en caoutchouc sur des grévistes devant un hôpital de Durban et l'État se voit obliger de faire appel aux militaires pour faire face à la pénurie de personnel de santé.

Le bras de fer est engagé depuis six jours et personne ne semble disposer à céder. Pire, l’heure ne semble pas être à l’apaisement. Ce lundi, à Umlazi (province de KwaZulu-Natal, dans l’est du pays), des manifestants ont brûlé une voiture et bloqué une autoroute. À quelques kilomètres de là, des policiers ont ouvert le feu avec des balles en caoutchouc sur des grévistes qui bloquaient l’entrée de l’hôpital Addington de Durban.

Dans la matinée, ces manifestants tentaient d’empêcher les patients ainsi que le personnel hospitalier non-gréviste de pénétrer dans l’établissement. Les forces de l’ordre sont donc intervenues en s’appuyant sur un décret récemment voté par le gouvernement de la province du KwaZulu-Natal interdisant de bloquer l’accès aux bâtiments hébergeant un service public.

Les principaux syndicats, qui représentent 1,3 millions de fonctionnaires,réclament une hausse des salaires de 8,6% ainsi qu’une allocation logement de 1000 rands (107 euros) et le pays est totalement paralysé. Le mouvement s’est en effet généralisé il y a une semaine lorsqu’ils ont rejeté l’offre du gouvernement d’augmenter les salaires de 7% et de verser une allocation logement de 700 rands. Le gouvernement a prévenu que l'accord serait appliqué unilatéralement si les syndicats ne le signaient pas dans les 21 jours.

Appels aux volontaires

Mais la sortie de crise ne semble pas être à l'ordre du jour. "Nous ne cesserons pas la grève tant que le gouvernement n’est pas revenu à la table des négociations", a indiqué ce lundi Mugwena Maluleke, le porte-parole Congrès des syndicats sud-africains (Cosatu). Mais le gouvernement explique qu’il n’a pas les fonds nécessaires pour augmenter les salaires des fonctionnaires tandis que ceux-ci rétorquent qu'ils sont choqués par les sommes dépensées à l’occasion de la Coupe du monde. Les négociations étant dans l’impasse, les autorités s’emploient désormais à faire face à la pénurie de personnel hospitalier.

Le mouvement social oblige les hôpitaux à refuser des patients, à faire sortir prématurément des convalescents, et à transférer en urgence des malades vers des établissements privés. Les médias locaux rapportent que plusieurs personnes seraient déjà décédées faute de soins, mais le gouvernement refuse pour le moment de lier ces morts au mouvement social.

Ce lundi, des soldats ont été envoyés dans une trentaine hôpitaux de 7 des 9 provinces du pays. Siphiwe Dlamini, porte-parole de la Défense sud-africaine, a indiqué dans un communiqué que les services de santé de l’armée avaient déployé "des docteurs, des infirmières, des urgentistes" ainsi que "du personnel affecté aux tâches de ménage".

Par ailleurs, les médias continuent de relayer les appels du Département de la santé qui cherche des volontaires pour travailler dans les hôpitaux. Preuve que les autorités ne comptent pas sur un retour à la normale dans les jours qui viennent.

Première publication : 23/08/2010

  • AFRIQUE DU SUD

    Des incidents éclatent au deuxième jour de grève

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Les fonctionnaires se lancent dans une grève illimitée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)