Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Culture

"The Social Network", le film qui inquiète Facebook

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/08/2010

Dans le film de David Fincher sur l’histoire du célèbre réseau social, son fondateur, Mark Zuckerberg, est dépeint comme un ambitieux sans foi ni loi. Pas franchement l’image que Facebook aimerait véhiculer...

Mark Zuckerberg aurait-il créé Facebook pour avoir du pouvoir et des filles ? "C’est un peu plus ennuyeux et trivial que cela", répond Chris Hughes, l’un des co-fondateurs du célèbre réseau social. Pourtant, à partir du 1er octobre (du 13 en France), Hollywood va offrir au monde sa version de la fondation de cet empire du Web 2.0. Un film dans lequel l’actuel milliardaire et patron de Facebook, incarné par Jesse Eisenberg, n’apparaît pas sous son meilleur jour...

Dans le scénario de "The Social Network", en partie accessible sur la Toile, celui-ci est dépeint comme un étudiant aux dents longues trahissant ses amis les uns après les autres et profitant de l’effet Facebook pour séduire les filles. Le long-métrage est porté par le réalisateur oscarisé David Fincher (auteur de "Seven", notamment) et le scénariste Aaron Sorkin, connu pour avoir écrit la série à succès "À la Maison Blanche".

Cocaïne et seins nus

Un casting de choix derrière la caméra, qui dénote de la volonté de faire du film l’un des phénomènes cinématographiques de la fin de l'année. Il faut dire que, potentiellement, celui-ci peut intéresser 500 millions de spectateurs, qui sont autant d’utilisateurs de Facebook. Or, au fur et à mesure que le Jour J approche, il semble désormais clair que la sortie du film ne plait guère à Facebook. "Deux haut responsables de l'entreprise ont vu une version du film et ne l’ont pas aimée", reconnaît ainsi Scott Rubin, l’un des producteurs de "The Social Network", dans les colonnes du "New York Times" de dimanche dernier.

En fait, tout porte à croire que la direction du réseau social a longtemps privilégié la politique de l’autruche avant de changer de stratégie. "Celle-ci voulait faire comme si le film n’existait pas, mais devant l’ampleur des rumeurs, cela est devenu impossible", raconte David Kirkpatrick, auteur de "L’effet Facebook". Dans la seule allusion qu'il ait faite au film, Mark Zuckerberg a souligné que l’œuvre "était purement fictionnelle".

En coulisses, des représentants de Facebook se sont par ailleurs activés pour tenter de rectifier le tir. Une scène, notamment, a fait l’objet d’âpres négociations et pourrait ne pas figurer au montage final. Il s'agit d'une orgie à laquelle participent des membres de l’équipe fondatrice de Facebook. On peut notamment y voir des jeunes filles y proposer à leurs congénères masculins de sniffer des rails de cocaïne sur leurs seins nus... Autrement dit, pas franchement les valeurs qu’aimerait véhiculer une multinationale de la taille de Facebook ! David Kirkpatrick explique toutefois que les scènes de débauche seraient "largement inventées".

Google aussi

La sortie de "The Social Network" échappe d'autant moins à Hollywood qu'une autre grosse pointure de la Silicon Valley serait, elle aussi, sur le point de passer à la postérité cinématographique. Le blog spécialisé dans le cinéma Deadline rapporte en effet qu’un film sur Google est en cours de préparation. Il serait basé sur le livre "Google : la fin du monde comme nous le connaissons", signé par le journaliste américain Ken Auletta.

Michael London, le producteur de ce second long-métrage, raconte qu'il s'agit de “l’histoire de deux gars qui ont changé le monde et de la façon dont ce monde les a changés". Une accroche peut être moins alléchante que celle de "The Social Network", à savoir : "On ne peut pas se faire 500 millions d’amis sans se faire quelques ennemis"... Une deuxième plongée dans la Silicon Valley qui pourrait, cependant, profiter du succès du film sur Facebook.

Première publication : 24/08/2010

COMMENTAIRE(S)