Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

  • En direct : une élection jouée d'avance en Algérie ?

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Risques de nouvelles crues dans le sud du Pakistan

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/08/2010

Près d'un mois après le début des inondations dévastatrices qui ont fait au moins 4,8 millions de sans-abri au Pakistan, la vallée de l'Indus, dans le sud du pays, est menacée par de nouvelles crues.

AFP - Les risques de nouvelles crues demeurent très élevés pour les trois prochains jours dans la basse vallée de l'Indus, dans le sud du Pakistan, près d'un mois après le début des inondations qui ont dévasté le pays et laissent encore au moins 4,8 millions de sans-abri.

Mais une fois passé ce risque immédiat, le Pakistan sera toujours confronté à la plus grave crise humanitaire de son histoire, avec plus d'un cinquième du pays inondé, au moins 1.500 morts et près de 20 millions de personnes affectées à des degrés divers.

Le président Asif Ali Zardari a estimé lundi soir qu'il faudrait "au minimum trois ans" pour alléger les souffrances des Pakistanais et reconstruire les zones dévastées. "Je pense que le Pakistan ne se remettra jamais complètement" de ce désastre, a-t-il ajouté.

Dans le nord et le centre, les régions les plus touchées, les eaux ont commencé à se retirer depuis plusieurs jours et les pluies sont en train de cesser.

Mais les flots de l'Indus continuent de gonfler et l'inquiétude se concentre désormais dans sa basse vallée, dans le sud, autour de Hyderabad, sixième ville du Pakistan avec plus de 2,5 millions d'habitants.

"La situation est très critique pour les deux ou trois prochains jours et nous devons surveiller les niveaux de l'eau de très près dans l'embouchure de l'Indus, qui seront exceptionnellement élevés", a déclaré mardi à l'AFP Jam Saifullah Dharejo, ministre de l'Irrigation de la province du Sind (sud).

Des "milliers d'ouvriers" ont été déployés pour consolider les digues qui protègent les villes et villages.

Des dizaines de volontaires s'affairaient mardi sur une digue de la banlieue de Hyderabad armés de simples pelles et de maillets tandis que des pelleteuses et des grues consolidaient le rempart au moyens de sacs de sable, de briques concassées et de pierres, a rapporté un journaliste de l'AFP.

"Tout peut arriver", lâchait cependant M. Dharejo.

Ses craintes sont confirmées par le chef du service national de Météorologie Arif Mehmood. "Le niveau de l'Indus sera exceptionnellement élevé au barrage de Kotri", aux portes de Hyderabad, "pendant trois ou quatre jours avant de redescendre", a-t-il expliqué à l'AFP.

"Pour les 15 jours suivants, il n'y aura plus de danger", prévoyait le météorologue, assurant que les pluies de fin de mousson s'estompent.

Depuis quatre jours, des centaines de milliers de personnes ont été évacuées des villes et villages dans la basse vallée de l'Indus, et les autorités assurent que, pour l'heure, personne n'y a péri noyé malgré des dizaines de villages inondés, une quarantaine pour la seule région de Hyderabad.

Dans le nord-ouest et le nord-est, les zones les plus touchées au début des inondations, ainsi que dans le centre, les eaux ont commencé à refluer, laissant des villages dévastés et des champs de boue à perte de vue.

En plein ramadan, des millions de Pakistanais survivent péniblement, dans des camps régis par les autorités, l'ONU ou des ONG pour les plus chanceux, sans toit ou dans des habitats très précaires pour le plus grand nombre, la plupart en manque de nourriture, d'eau potable et de soins.

Quelque 8 millions de sinistrés ont besoin d'une aide d'urgence, selon une estimation de l'ONU, tandis que 17,2 millions de personnes sont directement affectées par les inondations. Et plus de 3,5 millions d'enfants sont menacés par les maladies, a déclaré mardi le Premier ministre Yousuf Raza Gilani. "Nous redoutons vraiment que des épidémies éclatent", a-t-il ajouté, évoquant notamment "le choléra et la dysenterie".

Au total, près de 1,2 million de maisons sont partiellement ou totalement endommagées, selon l'ONU.

"La dévastation touche plus particulièrement le secteur agricole. Il y a plus de 3,2 millions d'hectares de récoltes qui ont été endommagés ou détruits", a déclaré de son côté à Genève la porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Elisabeth Byrs. Près de 200.000 têtes de bétail ont péri noyées et la nourriture pour animaux a également été perdue.

 

Première publication : 24/08/2010

  • INONDATIONS

    Le Fonds monétaire international offre son aide au Pakistan

    En savoir plus

  • INONDATIONS

    Le Pakistan accepte l'aide du rival indien

    En savoir plus

  • INONDATIONS

    La communauté internationale accroît son aide au Pakistan

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)