Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

FRANCE

"Je crains que la majorité de 2007 ne s’éparpille"

Texte par Aurélie BLONDEL

Dernière modification : 24/08/2010

Etienne Pinte, député UMP et ancien maire de Versailles, dénonce la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy, dictée selon lui par une stratégie électoraliste. S’il ne compte pas quitter son parti, il dit craindre pour l’unité de celui-ci.

A droite aussi, les récentes annonces et décisions du gouvernement et de Nicolas Sarkozy en matière de sécurité et d’immigration font grincer les dents. Lundi, l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin a parlé de "tâche de honte sur [notre] drapeau" et l’ancienne ministre Christine Boutin a évoqué un possible divorce entre sa formation politique, le Parti démocrate chrétien, et l’UMP.

Ce mardi, c’était au tour du député UMP Etienne Pinte, ancien maire de Versailles, de monter au créneau en affirmant sur le site LesInrocks.com avoir "envisagé de démissionner de l’UMP". Il s’en explique sur France24.com.

Pensez-vous vraiment quitter votre parti ?

Etienne Pinte : Effectivement, cette réflexion a pu m’effleurer. Mais il n’en est pas question. Cela fait très longtemps que je suis dans la famille des gaullistes et je n’ai pas l’intention de déserter. Ce n’est pas la première fois que je suis en désaccord avec l’action du gouvernement, j’ai l’habitude - ils ont l’habitude.

Que reprochez-vous exactement à la politique sécuritaire du gouvernement ?

E.P. : J’ai l’impression que nous sommes dans un cycle paranoïaque où il s’agit de trouver

Le tout sécuritaire, une stratégie à quitte ou double

un bouc-émissaire à l’échec de nos politiques de sécurité : il y a eu les sans-papiers, les personnes naturalisées, les Roms ou les parents qui n’arrivent pas à maîtriser leurs enfants. Ce sont des crispations qui montrent nos faiblesses. Ce n’est pas la bonne stratégie, l’environnement politique est devenu détestable, c’est très difficile de travailler dans ce contexte, ce pays a besoin de sérénité.

Ce n’est pas non plus en réduisant les effectifs de policiers et de gendarmes, comme le fait le gouvernement, que l’on sécurisera les quartiers difficiles. Certes le contexte budgétaire est difficile, mais il y a des secteurs où l’on ne peut pas supprimer d’emplois. Il faut donner au contraire plus de moyens aux ministères régaliens que sont l’Intérieur et la Justice et soutenir davantage les acteurs sociaux, les enseignants et les associations qui tentent d’accompagner l’intégration.

Quel est selon vous le but poursuivi pas Nicolas Sarkozy et le gouvernement ?

E.P. : Nous sommes à un an et demi de l'élection présidentielle, le but est donc avant tout électoraliste. Et il est vrai que les messages que je reçois des électeurs sur la politique menée par le gouvernement en matière de sécurité sont globalement positifs, même si les sondages sont contradictoires selon la manière de formuler les questions.

Le secrétaire général de votre parti, Xavier Bertrand, a indiqué que la "grande majorité" des députés et sénateurs UMP étaient favorables aux annonces du gouvernement, qu’en dites-vous ?

E.P. : Xavier Bertrand n’a pas interrogé chacun d’entre nous. Je sais qu’un certain nombre de mes collègues sont sur la même longueur d’onde que moi mais n’ont pas encore forcément osé s’exprimer. Il sera intéressant de voir comment cela va évoluer, notamment lors de l'Université d’été du parti.

Je crains surtout que, suite aux dérapages verbaux de l’été, la majorité de 2007 ne s’éparpille - une partie vers l’extrême-droite, une autre vers Dominique de Villepin ou le MoDem. Et alors que les villepinistes pensent à créer un groupe parlementaire à l’Assemblée à la rentrée, tout cela risque de conforter ceux qui hésitaient à le rejoindre.

 

Première publication : 24/08/2010

  • FRANCE

    L'expulsion des Roms, une politique inefficace ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le tout sécuritaire, une stratégie à quitte ou double

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sarkozy remotive ses troupes lors de la rentrée ministérielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)