Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Afrique

Les anciens otages espagnols évoquent des conditions de détention "sauvages"

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2010

Arrivés à Barcelone après neuf mois aux mains d'Al-Qaïda au Maghreb, les Espagnols ont qualifié leur détention de "très dure". Leur libération intervient après l'extradition vers le Mali d'"Omar le Sahraoui", condamné pour les avoir enlevés.

Fatigués, émus, mais heureux, Roque Pascual et Albert Vialta sont arrivés à 1h20 ce mardi matin à Barcelone, en Espagne, après 267 jours de détention. Ces deux bénévoles espagnols, membres de l'ONG catalane "Accio Solidaria", avaient été enlevés le 29 novembre 2009 en Mauritanie par la branche Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Leur compatriote Alicia Gomez, capturée au même moment, avait été relâchée il y a cinq mois.

Accueillis par leurs familles et des dizaines de membres de leur ONG à l'aéroport, Roque Pascual et Albert Vialta ont assuré qu'ils "allaient bien". En quelques mots, ils ont évoqué leurs conditions de détention, qualifiées de "sauvages" et de "très très dures". "Nous mangions comme eux [nos preneurs d'otages], nous dormions comme eux et nous vivions comme eux", a raconté Albert Vialta, qui marche avec une béquille en raison des trois balles qu'il a reçues dans le pied lors de son enlèvement. "Mais eux sont habitués à la vie dans le désert, pas nous. Nous étions traités correctement, mais nous étions des otages."

Leur chemin vers la liberté a été lui aussi particulièrement éprouvant, comme le raconte le quotidien espagnol "El Pais". Libérés au Mali, les otages ont dû parcourir des centaines de kilomètres à travers le désert puis la savane, dans des zones où il n'y avait souvent ni route ni piste. Un hélicoptère burkinabé les a récupérés dans la région de Menaka, à la frontière avec le Burkina Faso, pour les transporter à Gorom puis à Ouagadougou.

Le rôle clé de Mustafa Chafi 

Aussitôt après avoir posé le pied à Barcelone, les deux coopérants ont salué "l'effort diplomatique considérable" du gouvernement espagnol "avec tous les gouvernements de la région" du Sahel. Le chef de l'exécutif espagnol, José Luis Rodrigues Zapatero, a lui aussi remercié "les différents gouvernements, surtout ceux de la zone où s'est produit cette prise d'otage".

Le Burkina Faso, notamment, a joué un rôle décisif dans cette libération par le biais de Mustafa Ould Liman Chafi, le conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré. De nationalité mauritanienne, Mustafa Chafi a mené les négociations entre l'organisation islamique et les autorités pendant les neuf mois qu'aura duré cette prise d'otages - la plus longue jamais réalisée par l'Aqmi. C'est Al-Qaïda, et non le gouvernement espagnol, qui l’avait choisi comme médiateur au vu de son "expérience" : il avait notamment déjà négocié la libération de deux diplomates canadiens en 2009.

L'attaque franco-mauritanienne menée contre l'Aqmi le 22 juillet pour tenter de libérer l'otage français Michel Germaneau - qui s'est soldée par un échec - a été "le moment le plus difficile" de sa mission, a raconté Mustafa Chafi lundi soir au Burkina Faso. Les preneurs d'otages étaient "sur le point de tuer" les otages espagnols. "Nous les donnions presque pour morts. Nous croyions que c'était une cause perdue", a-t-il ajouté.

Mustafa Chafi s'est alors efforcé de convaincre les preneurs d'otages qu'il fallait dissocier les cas français et espagnols. "Je leur ai expliqué en long et en large que non seulement l'Espagne n'était pas impliquée dans l'opération militaire, mais aussi qu'elle la désapprouvait", a-t-il témoigné. Dans un enregistrement audio envoyé au quotidien espagnol "El Pais", l'Aqmi affirme que la libération des deux otages espagnols est "une leçon adressée aux services secrets français".

Extradition du Malien "Omar le Sahraoui"

Les Espagnols étaient aux mains de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, l'un des chefs de l'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique. L'otage français Michel Germaneau, exécuté par Aqmi fin juillet à l'âge de 78 ans, était lui sous le contrôle d'un autre "émir" réputé plus radical et intransigeant, Abdelhamid Abu Zeid. C'est lui qui avait fait exécuter en 2009 le Britannique Edwin Dyer.

Dans son message adressé à "El Pais", Al-Qaïda précise que cette libération intervient parce que "certaines de ses revendications ont été satisfaites". L'organisation terroriste fait référence à la remise en liberté d'Omar Sid Ahmed Ould Hamma, dit "Omar le Sahraoui". Ce Malien a été condamné ce mois-ci à Nouakchott à 12 ans de travaux forcés pour avoir enlevé Roque Pascual et Albert Vialta en novembre 2009. Or selon plusieurs sources, citées par divers médias et agences de presse, il a été extradé il y a quelques jours par la Mauritanie vers le Mali, qui n’engagerait pas de poursuites contre lui.

"C'est vrai qu'une fois Omar libéré, ça a facilité la libération des deux otages espagnols, a affirmé à l'AFP une source régionale proche des négociations. Je peux même vous dire qu'il a ensuite participé aux négociations en vue de leur libération."

Dernier élément, l'Espagne a-t-elle payé une rançon pour la libération de ses deux otages ? Le quotidien "El Mundo" parle d'une somme de 3,8 millions d'euros qui aurait été versée à Aqmi, d'autres titres évoquant un montant compris entre 5 et 10 millions d'euros.

 

Première publication : 24/08/2010

  • SAHEL

    Les deux otages espagnols d'Al-Qaïda au Maghreb ont été libérés

    En savoir plus

  • Comment Al Qaida fonctionne-t-il au maghreb ?

    En savoir plus

  • EXCLUSIF

    Les combattants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique passés au crible d'experts en terrorisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)