Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FRANCE

Sarkozy remotive ses troupes lors de la rentrée ministérielle

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/08/2010

Nicolas Sarkozy a remotivé ses troupes lors du premier Conseil des ministres de l'année scolaire, qui s'est tenu ce mercredi à l’Élysée. L'offensive sécuritaire du gouvernement a soulevé un vent de critiques, y compris au sein de sa majorité.

Malgré les critiques, Nicolas Sarkozy veut garder le cap et demande à ses ministres de "ne pas tomber dans la confrontation stérile". Selon le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, le chef de l’État a profité du premier Conseil des ministres de l’année scolaire qui s'est déroulé ce mercredi à l'Élysée pour demander aux ministres de ne pas "céder à ceux qui cherchent la polémique systématique".

Le président a également "rappelé aux ministres que la politique que le gouvernement menait était une politique équilibrée" et "a demandé à chacun de la mettre en oeuvre, ni plus ni moins", a rapporté M. Chatel.

Cette rentrée gouvernementale intervient dans un contexte tendu, du fait des critiques soulevées par l’offensive sécuritaire menée par Nicolas Sarkozy et certains de ses proches.

Après la gauche et les associations de défense des droits de l'Homme, la presse étrangère, la Commission européenne, le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale (Cerd) des Nations unies ou encore, ce week-end, des représentants de l'Église catholique, Christine Boutin, Dominique de Villepin, Jean-Pierre Raffarin et Rachida Dati ont ainsi exprimé leur désaccord à l'égard des choix effectués par le chef de l'État.

La politique de Nicolas Sarkozy "n'est pas la politique de la droite", a ainsi déclaré Dominique de Villepin sur RTL, mardi. Avant d'ajouter : "Est-ce que les gaullistes se retrouvent dans cette politique ? Est-ce que les démocrates-chrétiens se retrouvent dans cette politique ? Est-ce que les catholiques sociaux, les catholiques de gauche, se retrouvent dans cette politique ? [...] Vous pensez qu'Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Jacques Chirac sont à l'aise avec cette politique...?"

"Dérive droitière"

Dans une tribune publiée par le quotidien "Le Monde", l'ancien Premier ministre a également dénoncé la multiplication des expulsions de Roms, estimant qu'il y avait "aujourd’hui sur notre drapeau une tache de honte". Après avoir lancé en juin son propre parti, République solidaire, Dominique de Villepin a toutefois renouvelé en juillet son adhésion à l'UMP, dont il dit rester un membre "serein".

Sur RMC, Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP et ancien Premier ministre, a critiqué "une dérive droitière qu'il convient de corriger" et des "propositions absurdes" sur le thème de la sécurité.

Écartée du gouvernement en 2009, Christine Boutin a, quant à elle, fait état d'une "fêlure" entre le Parti chrétien-démocrate et l'UMP, relançant l'hypothèse d'une scission entre les deux formations, actuellement alliées. Ancienne ministre de la Justice, Rachida Dati a également appelé à cesser de "stigmatiser les Français issus de la diversité".

Une partie de la majorité "heurtée" par les annonces sécuritaires

Au-delà de ces "figures" de la droite, d'autres responsables politiques sont sortis de leur réserve, au cours de l'été, pour traduire le malaise d'une partie de la majorité. Sur son blog, le député UMP des Yvelines et représentant de l'électorat catholique Étienne Pinte s'est dit "opposé" aux propositions de déchoir de leur nationalité des Français d'origine étrangère ou d'emprisonner des parents de mineurs délinquants. "Nous sommes confrontés à de graves problèmes, mais ces réponses ne sont pas les bonnes, écrit-il. En ce qui concerne les populations roms, il est faux de dire qu'elles ne veulent pas s'intégrer [...]. Attention à ne pas alimenter le communautarisme."

Yannick Favennec, député UMP, s'est dit "très mal à l'aise" à l’égard des annonces de la droite, qui "heurtent sa sensibilité humaniste et centriste". Marc Bernier, également député, a dénoncé des propositions "inapplicables et choquantes" alors que le sénateur Philippe Dallier s'est déclaré "inquiet que l'UMP se focalise uniquement sur la sécurité".

D'autres, tels que le Premier ministre François Fillon ou le président du groupe UMP à l'Assemblée Jean-François Copé, ont préféré garder le silence et s'abstenir de tout commentaire.

Première publication : 24/08/2010

  • FRANCE

    "Je crains que la majorité de 2007 ne s’éparpille"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hortefeux justifie sa politique sécuritaire en s'attaquant aux "bien pensants"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le tout sécuritaire, une stratégie à quitte ou double

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)