Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le "bouchon du siècle" s'évapore subitement

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/08/2010

L’embouteillage de plus de 100 km de long qui paralysait la région de Pékin depuis 11 jours a soudainement disparu. Un phénomène étrange qui reste, pour l'instant, sans explication.

Où sont passés les 100 kilomètres de bouchon de la National Highway 100 qui rallie Pékin à Zhangjiakou, une ville située au nord-ouest de la capitale chinoise ? Des journalistes de l’AFP sont partis à sa recherche jusqu’en Mongolie intérieure sans en trouver la moindre trace… "La situation s’est améliorée récemment, mais je ne sais pas pourquoi", a simplement commenté l'employée d’une station service.

Avant cette subite décongestion de l'axe routier, des dizaines de milliers d'automobilistes étaient restés coincés dans un bouchon monstre pendant 11 jours. Depuis le 14 août, les voitures n’avançaient quasiment plus. Selon le directeur général du Bureau de gestion du trafic de la ville de Zhangjiakou, les véhicules ne parcouraient que 1 à 15 kilomètres par jour. La situation était telle que les autorités avaient prévenu, mardi, que la situation risquait de perdurer jusqu’à la fin des travaux en cours sur cette autoroute, à savoir courant septembre…

Économie parallèle

Heureusement, il n'en est rien. Seuls quelques ralentissements aux péages sont encore à signaler. Pourtant, les facteurs qui ont conduit à cette situation ne se sont pas évaporés. L'autoroute, prévue à l'origine pour permettre la circulation simultanée de 50 000 véhicules, est empruntée par quelque 500 000 automobiles. Un trafic en progression d’environ 40 % par an.

Une grande partie des voitures bloquées étaient des camions transportant du charbon en provenance de Mongolie. Le site du magazine américain Christian Science Monitor voyait d’ailleurs dans ces files interminables de poids-lourds la véritable cause de l’embouteillage.

Pékin a, en effet, des besoins immenses en charbon et, depuis la fermeture d’un grand nombre de petites mines situées aux alentours de la capitale, la Mongolie est devenue un fournisseur de plus en plus important du géant chinois. La plupart de ces mines exploitées pour les besoins de Pékin ont été creusées à la hâte et illégalement.

En attendant d’en savoir plus sur la disparition soudaine du "bouchon du siècle", les seuls à le regretter seront probablement les personnes résidant aux abords de l’autoroute. Nombre d'entre elles avaient mis en place un début d’économie parallèle pour répondre aux besoins des automobilistes en perdition, vendant certaines denrées à des prix exorbitants. De la nourriture s’échangeait trois fois son prix normal et l’eau était vendue dix fois plus chère qu’ailleurs. 

Première publication : 25/08/2010

COMMENTAIRE(S)