Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Economie

Standard & Poor's abaisse la note souveraine de l'Irlande

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/08/2010

L'agence de notation Standard & Poor's a décidé d'abaisser d'un cran la note souveraine de l'Irlande en raison du coût estimé de la recapitalisation des banques du pays. Une décision qui provoque l'ire de Dublin.

REUTERS - La situation budgétaire de l'Irlande s'est encore compliquée mercredi avec la décision de Standard & Poor's d'abaisser d'un échelon sa note souveraine, une dégradation critiquée par Dublin.

Dans un communiqué au ton inhabituellement ferme, la National Treasury Management Agency (NTMA), l'agence de gestion de la dette publique, a exprimé son désaccord avec le jugement de S&P selon lequel Dublin risque une envolée des coûts de soutien au secteur bancaire.

"En ce qui concerne l'analyse spécifique de S&P, elle repose pour une large part sur une estimation extrême du coût de la recapitalisation des banques, qui va jusqu'à 50 milliards d'euros", a dit la NTMA. "Nous estimons que cette approche est biaisée."

Les craintes de voir s'envoler la facture du renflouement des banques irlandaises, dont les bilans se trouvent plombés par une décennie de boom immobilier interrompue brutalement par la crise financière, ont placé Dublin au coeur de la crise de la dette en zone euro: le pays est désormais juste derrière la Grèce au classement des pays jugés les plus risqués.

La prime exigée par les investisseurs pour détenir de la dette à 10 ans irlandaise plutôt que de l'allemande a régulièrement augmenté ces dernières semaines et se situait mercredi à 327 points de base.

Elle avait atteint 330 points mardi, son plus haut niveau depuis le paroxysme de la crise grecque en mai.

Première publication : 25/08/2010

COMMENTAIRE(S)