Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

FRANCE

L'UMP pourrait payer une large partie de la facture des emplois fictifs de la mairie de Paris

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/08/2010

Le procès des emplois fictifs de la mairie de Paris pourrait ne pas avoir lieu. Le service de presse de Bertrand Delanoë confirme l'information du "Canard enchaîné" : un accord est en cours d'élaboration entre l'UMP, la mairie et Jacques Chirac.

Reuters - La mairie de Paris a confirmé mercredi qu'un accord était en cours d'élaboration en vue du futur procès de Jacques Chirac pour des emplois fictifs présumés lorsqu'il dirigeait la municipalité.

Dominique Paillé, porte-parole adjoint UMP, a déclaré ne pas avoir connaissance de contacts entre le parti majoritaire et la mairie de Paris à ce sujet.

Mais le service de presse du maire socialiste Bertrand Delanoë a fait savoir que le projet d'accord, s'il était finalisé, serait soumis au vote lors du prochain conseil de Paris les 27 ou 28 septembre ou à la mi-octobre.

"Ce protocole existe et nous confirmons les sommes évoquées dans la presse", a déclaré une porte-parole à Reuters.

Selon le Canard enchaîné, paru mercredi, l'ancien chef d'Etat poursuivi pour "détournements de fonds publics" et "abus de confiance" pour 21 emplois présumés fictifs lorsqu'il était maire de la capitale de 1977 à 1995 aurait secrètement élaboré un protocole d'accord avec l'UMP et Bertrand Delanoë.

L'approbation finale de Jacques Chirac ne serait pas tout à fait acquise, une partie de son entourage l'incitant à refuser l'idée d'une indemnisation qui serait interprétée comme un aveu de culpabilité, précise cependant l'hebdomadaire satirique.

En vertu de cet accord, l'UMP paierait à la municipalité les trois quarts d'une facture de 2,2 millions d'euros, 550.000 euros restant à la charge de Jacques Chirac.

Joint par Reuters, Dominique Paillé a refusé de commenter ces informations, indiquant toutefois: "A ma connaissance, il n'y a pas eu de contacts entre l'UMP et la mairie de Paris".

Le 27 juillet, lorsque le Canard enchaîné avait pour la première fois évoqué cet accord, le porte-parole adjoint de l'UMP avait catégoriquement exclu cette hypothèse : "Ni de près, ni de loin, l'UMP ne s'est jamais penchée sur cette question."

Dans son édition du 25 août, l'hebdomadaire explique que la somme évoquée prendra en compte les salaires et les charges des 21 salariés fantômes payés par la mairie mais en réalité au service du parti de Jacques Chirac, les intérêts légaux et les frais d'avocats engagés par l'équipe du maire socialiste.

En échange, la ville retirera sa constitution de partie civile. Du coup, Jacques Chirac, dont le procès est attendu fin 2010 ou début 2011, se retrouverait sans adversaire, ni accusation face au tribunal.

En effet, le parquet avait déjà fait savoir à la fin de l'instruction qu'il allait requérir la relaxe.

Première publication : 25/08/2010

COMMENTAIRE(S)