Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Economie

Après l'armée américaine, WikiLeaks tient la CIA dans sa ligne de mire

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/08/2010

Le célèbre site de diffusion de documents confidentiels annonce son intention de divulguer, ce mercredi, de nouveaux dossiers top-secrets concernant, cette fois, l'agence de renseignements américaine.

Après l’armée américaine, la CIA. Dans un tweet posté mardi à 23 heures, WikiLeaks a annoncé qu'il allait publier de nouveaux documents confidentiels, ce mercredi. Dans la ligne de mire du désormais célèbre site Internet cette fois : l’agence de renseignements américaine.

En pleine tourmente médiatico-judiciaire après la publication de rapports top-secrets sur le conflit afghan, la direction du site n’a pas précisé le théâtre d'opération sur lequel porteraient ses nouvelles révélations.

WikiLeaks s'est imposé sur le devant de la scène médiatique le 26 juillet dernier. Connu jusqu'alors des seuls initiés, il s'est taillé une réputation mondiale en rendant public plus de 70 000 documents confidentiels de l’armée américaine dressant un tableau très sombre de la guerre en Afghanistan. Le site affirme disposer de 15 000 autres pièces du même genre, qu’il compte également publier.

"Entreprise de déstabilisation"

Depuis cet épisode, l’administration Obama accuse WikiLeaks et son fondateur, l’Australien Julian Assange, de mettre à mal l’effort de guerre des États-Unis et d’"avoir sur les mains le sang" de certains collaborateurs afghans de l’armée américaine. Washington critique notamment le fait que les rapports mis en ligne par le site comportent les noms de toutes les personnes impliquées dans les opérations militaires.

Une affirmation contestée par WikiLeaks, qui a produit une lettre montrant qu'il a proposé au département de la Défense de travailler de concert pour effacer les noms les plus sensibles - proposition à laquelle l’administration américaine n'aurait pas donné suite, selon le document.

L'annonce de ces nouvelles révélations intervient dans un contexte d'autant plus tendu entre WikiLeaks et Washington que la justice suédoise a accusé de viol et lancé un mandat d’arrêt à l'encontre de Julian Assange, vendredi dernier. Des charges qui ont été rapidement levées - même si ce dernier fait toujours l'objet d'une enquête pour harcèlement -, mais qui font dire à l'intéressé qu'il fait l'objet d'une "entreprise de déstabilisation". L'as du barreau suédois qu'il a engagé pour se défendre n'hésite pas, quant à lui, à laisser entendre que le Pentagone ne serait pas étranger à l'affaire...

Première publication : 25/08/2010

COMMENTAIRE(S)