Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

Economie

L’auto-entreprise ne connaît-elle réellement pas la crise ?

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/08/2010

Les derniers chiffres publiés sur l'activité d'auto-entrepreneur, un statut créé en 2008 pour tenter d'endiguer la hausse du taux de chômage, semblent encourageants. Des statistiques qui cachent toutefois une réalité bien plus nuancée...

Le flou règne dans la galaxie des auto-entrepreneurs, un an et demi après la création de ce nouveau statut qui permet de déclarer une activité à travers quelques démarches administratives simples sans avoir à subir la fiscalité d’une entreprise classique. Révélées jeudi par l’Acoss - la structure qui chapeaute l’Urssaf -, les dernières données concernant le secteur ne vont rien arranger. Selon l'organisme, en effet, son chiffre d’affaires sur les six premiers mois de 2010 - 1,1 milliard d'euros - dépasse déjà celui de 2009 (969 millions d'euros)...

De quoi réjouir le gouvernement, qui a introduit le statut d'auto-entrepreneur dans sa loi de modernisation de l’économie en 2008 ? À première vue, oui, d'autant plus que le  nombre de personnes inscrites sous ce statut continue de grimper en flèche (+211 200 nouveaux auto-entrepreneurs enregistrés durant le seul premier semestre 2010). Les propos d'Hervé Novelli, secrétaire d'État aux PME, en témoigne : "Le chiffre d'affaires des auto-entrepreneurs en 2010 devrait dépasser 2,5 milliards d'euros".

"Camouflage de chômage"

Reste cependant qu'une analyse plus détaillée débouche sur un tableau bien plus nuancé de la situation. Le quotidien "Les Échos" a ainsi révélé jeudi que la moitié des 523 900 auto-entrepreneurs recensés n’ont jamais déclaré de chiffre d’affaires. Ce qui, en d’autres termes, signifie qu'ils ne tirent pas de revenus de leur activité... "Pour moi, il s'agit clairement d'un moyen de camoufler le chômage", raconte Gisèle, une auto-entrepreneuse de la première vague qui s'est lancé dans l'aventure au début de 2009.

"Ce n’est pas parce qu’on ne déclare pas de chiffre d’affaires qu’on n'exerce aucune activité. Il existe de nombreux auto-entrepreneurs qui sont en train de se constituer une clientèle ou de chercher des financements", répond Alain Bosetti, président du Salon des micro-entreprises. Sans compter que, pour certains également, il s’agit d’une activité secondaire menée en parallèle d'une activité salariée - ce serait le cas de 28 % des auto-entrepreneurs, selon une enquête OpinionWay pour l'Union des auto-entrepreneurs réalisée en juin 2010.

Problème de traçabilité

Une double casquette qui, toutefois, en dit long sur ce dispositif encore jeune, qui n'est souvent perçu que comme un simple moyen de se faire de l’argent de poche. "En ce qui me concerne, ce n'est qu'une manière d’arrondir mes fins de mois. Franchement, j’imagine mal qui peut vivre exclusivement de ses revenus d'auto-entrepreneur", reconnaît Gisèle, qui engrange un demi-Smic par mois supplémentaire en faisant de la couture à domicile.

Auto-entrepreneurs qui ne tirent pas de bénéfices de leur activité, salariés qui en profitent pour gagner plus en travaillant plus… Dans ces conditions, il semble bien difficile de savoir combien de personnes ont pu se remettre en selle grâce à ce statut. "Le dispositif souffre d'un évident problème de traçabilité. Il faudrait obliger les auto-entrepreneurs à déclarer leur chiffre d’affaires tous les trimestres, même s’il est égal à zero", juge Alain Bosetti. Une obligation qui, pour l'heure, n’existe pas et rend difficile le suivi de l’activité de tous ceux qui se sont affiliés au régime, si bien qu'"on a parfois l'impression d'être un entrepreneur de seconde zone", conclut Gisèle.

Première publication : 27/08/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)