Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Asie - pacifique

Jimmy Carter obtient la libération d'un Américain

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2010

L'ex-président des États-Unis a achevé sa mission humanitaire en obtenant la libération de l'Américain condamné en avril pour entrée illégale en Corée du Nord. Pyongyang a émis le souhait de reprendre les négociations sur le dossier nucléaire.

RETEURS - L'ancien président Jimmy Carter a obtenu vendredi la libération d'un Américain emprisonné en Corée du Nord, et le pays en a profité pour réaffirmer son souhait de reprendre les pourparlers à six sur son programme nucléaire.

Jimmy Carter a quitté Pyongyang vendredi matin accompagné de l'enseignant américain Aijalon Mahli Gomes, qui avait été arrêté en janvier dernier puis condamné en avril à huit années de travaux forcés pour être entré illégalement en Corée du Nord à partir de la Chine, précise sa fondation, le centre Carter.

Gomes a été gracié par le numéro deux du régime nord-coréen, Kim Yong-nam, qui a affirmé à Carter la volonté de Pyongyang de reprendre les pourparlers à six et de parvenir à une dénucléarisation de la péninsule coréenne, selon l'agence nord-coréenne KCNA.

Il y a un an, un autre ancien président américain, Bill Clinton, avait obtenu la libération de deux journalistes américaines lors d'une visite éclair à Pyongyang.

La Corée du Nord s'est déclarée disposée en juillet à reprendre les "pourparlers à six", qui impliquent Pyongyang, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la Russie, la Chine et le Japon.

La visite de Jimmy Carter, avec laquelle Washington a pris soin de prendre ses distances, soulignant qu'il s'agissait d'une mission humanitaire privée, ne devrait pas bouleverser la donne diplomatique régionale.


Stratégie de la patience

Interrogé à propos d'une réunion préparatoire aux pourparlers à six proposée par la Chine, le département d'Etat a déclaré jeudi que Washington attendait toujours de la part des Nord-Coréens des "actes permettant de nous convaincre qu'une telle réunion sera fructueuse".

Les Etats-Unis veulent non seulement que Pyongyang retourne à la table des négociations, mais aussi qu'il s'engage à appliquer les mesures de désarmement qu'il a promises lors des précédentes sessions "à six". La Corée du Nord boycotte les pourparlers depuis près de deux ans.

En mai 2009, le pays a été soumis à un nouveau train de sanctions internationales après avoir procédé au deuxième essai nucléaire de son histoire. Les Etats-Unis ont encore renforcé leurs sanctions en juillet dernier contre Pyongyang après le naufrage de la corvette sud-coréenne Cheonan en mars, au cours duquel 46 marins ont trouvé la mort. Séoul a conclu que le navire avait été coulé par la marine nord-coréenne.

La "stratégie de la patience" de l'administration Obama est critiquée par certains commentateurs aux Etats-Unis qui estiment que des contacts avec Pyongyang permettraient d'en savoir davantage sur la transition apparemment à l'oeuvre actuellement dans le pays le plus reclus au monde.

Jimmy Carter n'a pas rencontré le numéro un du régime, Kim Jong-Il, qui se trouve en Chine selon les médias sud-coréens, vraisemblablement en compagnie de son plus jeune fils et dauphin désigné, Kim Jong-un.

Cette visite n'a pas été confirmée par les autorités chinoises. Pékin avait attendu le départ de Kim Jong-il pour confirmer ses visites précédentes.

Agé de 68 ans, le dirigeant nord-coréen aurait des problèmes de santé après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral il y a deux ans, et il préparerait sa succession.

Son fils Kim Jong-un, qui a 27 ans, a été élu au parlement nord-coréen l'année dernière et une réunion extraordinaire du parti unique, le Parti des travailleurs de Corée, doit avoir lieu en septembre afin d'entériner peut-être la transition.

Première publication : 27/08/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Jimmy Carter en Corée du Nord pour libérer un Américain

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Washington va durcir ses sanctions contre la Corée du Nord

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Pour Hillary Clinton, la Corée du Nord doit cesser les provocations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)