Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

La croissance économique ralentit plus que prévu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/08/2010

La reprise économique du deuxième trimestre a été revue officiellement en forte baisse vendredi, témoignant d'un essoufflement de la reprise entamée un an plus tôt. La FED estime cependant que la croissance devrait légèrement s'accélérer en 2011.

AFP - L'économie américaine a ralenti plus que prévu et sa convalescence est "loin d'être achevée", mais la reprise devrait s'accélérer un peu en 2011, a estimé vendredi le président de la banque centrale (Fed), Ben Bernanke.

"Pour la plupart des pays, la reprise et la convalescence de l'économie restent des tâches loin d'être achevées", a déclaré M. Bernanke, lors d'un discours à Jackson Hole, station de villégiature des Rocheuses, dans l'Ouest des Etats-Unis.

"D'une manière générale, les données économiques publiées laissent penser que la reprise de l'activité et de l'emploi a ralenti au cours des derniers mois" jusqu'à tomber "à un rythme un peu plus lent que ne le prévoyaient la plupart des dirigeants" de la Réserve fédérale, a reconnu M. Bernanke.

Le président de la Fed a tenu ces propos peu après la publication d'une révision en baisse de la croissance du PIB américain au deuxième trimestre, à 1,6% en rythme annuel, ce qui est nettement inférieur au potentiel du pays.

Néanmoins, a ajouté M. Bernanke, "je prévois que l'économie continuera de croître au deuxième semestre, quoique à un rythme relativement lent", et, en dépit de la faiblesse des indicateurs récents, "les conditions préalables à une amélioration de la croissance en 2011 semblent être toujours là".

Il n'y a pas de raison que la banque centrale en fasse davantage aujourd'hui pour l'économie, a-t-il assuré. Selon lui, "à ce stade" les risques de déflation sont "faibles".

La Fed a les moyens d'agir et est "prête" à la faire, mais ne le fera que si cela s'avère nécessaire, "en particulier, si les perspectives de l'économie devaient se détériorer fortement", a-t-il prévenu.

 

Première publication : 27/08/2010

  • ÉTATS-UNIS

    L'économie américaine sous la menace d'un retour de la récession

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La Fed va accroître son soutien à l'économie

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Aux États-Unis, 131 000 emplois ont été détruits en juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)