Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Cinq ans après Katrina, la Nouvelle Orléans n'a toujours pas pansé ses plaies

Vidéo par Philippe LEVASSEUR

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 29/08/2010

Cinq ans après le passage de l'ouragan Katrina, qui a fait plus de 1 500 victimes et des dégâts gigantesques, la Nouvelle Orléans n'a pas retrouvé son âme. Oublié, le quartier du Lower Ninth Ward attend toujours qu'on lui vienne en aide.

Joe est le propriétaire de l'un des rares restaurants du Lower Ninth Ward. Un petit établissement cajun situé sur l'avenue Claiborne, au beau milieu de ce quartier de l'est de la ville de la Nouvelle Orléans. Ces derniers temps, les affaires ne sont pas terribles. "Comment nous sentons-nous cinq ans après Katrina ? Nous sommes stressés, explique Cindy Jones, l'une des employées de Joseph Nguyen. Nous n'avons pas beaucoup de clients. 'Mister Joe' ne me fait travailler que trois jours par semaine, alors qu'auparavant je travaillais six jours."

Le "Cajun Joe's Seafood", détruit en août 2005, n'a rouvert ses portes qu'en novembre 2009, sur le trottoir d'en face. Sans assurance contre les inondations, Joe n'a reçu aucune aide.

Situé dans une cuvette entre le canal industriel et l'embouchure du fleuve Mississipi, le Lower Ninth Ward a été l'un des quartiers les plus durement touchés en 2005. Le "Ground Zero" de Katrina. Le 29 août de cette année-là, à 7h45 du matin, l'ouragan brise la digue du canal en deux sections et l'eau s'engouffre dans les rues, atteignant jusqu'à six mètres de haut à certains endroits. A quelques kilomètres seulement du quartier français, haut lieu touristique de la ville, des des milliers de bâtiments sont dévastés.

Des champs ont remplacé les maisons

Le quartier du Lower Ninth Ward, à la Nouvelle Orléans, est bordé par le fleuve Mississipi au sud, la rue St. Parish à l'est, le canal Industriel à l'ouest et le canal Florida au nord.

Cinq ans plus tard, 75 % des habitants de ce quartier ne sont pas revenus chez eux. Dans la partie basse du Lower Ninth, des maisons abandonnées alternent avec de rares bâtiments reconstruits. Dans la partie nord, les maisons ont tout bonnement laissé leur place à l'herbe. "De petites zones se sont redéveloppées, explique Tom Pepper, directeur des opérations de l'ONG Common Ground Relief, qui travaille entre autres à la construction de nouvelles maisons. Mais il y a surtout des champs et des terrains vagues."

Mack McClendon était lui aussi dans le Lower Ninth en août 2005. "J'ai pu quitter la Nouvelle Orléans, mais lorsque j'ai vu toutes ces maisons qui flottaient, je me suis dit qu'il fallait que je revienne, raconte-t-il. La ville était bouclée, je n'ai pu rentrer qu'au bout de trois semaines. Ma maison n'avait pas été détruite parce que ma rue est située en hauteur, mais il y avait plus d'un mètre d'eau dedans. Il m'a fallu six mois pour pouvoir me réinstaller." Il y a trois ans, Mack McClendon a créé un centre communautaire pour tenter d'aider ceux qui reviennent dans le quartier. "La situation est très dure, explique-t-il.La majorité de notre communauté est toujours déplacée, c'est inacceptable. Qu'est devenu le droit au retour ? Le système a échoué. Nous avons été les plus touchés, pourquoi sommes-nous les derniers à être aidés ?"

Si les traces de l'ouragan restent bien visibles dans toute la Nouvelle Orléans, le Lower Ninth semble n'avoir profité d'aucun des progrès constatés ailleurs. Avant Katrina, ce quartier de près de 17 000 habitants comptaient cinq écoles, des équipements médicaux, cinq parcs, de nombreux commerces... Seule une école fonctionne à nouveau et l'hôpital principal n'est toujours pas opérationnel.

La reconstruction à grande échelle de l'est de la Nouvelle Orléans est "juste en train de démarrer", confirme Tom Pepper. "Il n'y a eu aucun investissement en matière d'infrastructures. Le gouvernement ne voulait pas reconstruire tant que les travaux sur les digues n'étaient pas terminés, au cas où il y aurait de nouveaux ouragans. Mais c'est ici que les gens ont dû monter sur leur toit pour appeler à l'aide pendant la catastrophe. Les images que tout le monde a vu, c'est ici. Pourquoi est-ce le dernier endroit où l'on envoie des fonds ?", s'interroge t-il à son tour.

Très pauvre, peuplé quasiment en totalité de Noirs, la zone n'attire ni les touristes ni les investisseurs.

La sortie du documentaire "The Lower 9", de Matthew Hashiguchi, est prévue pour 2011.

Traumatisme psychologique

Lentement, certains décident tout de même de rentrer. "Beaucoup ne sont pas revenus parce qu'ils n'avaient pas les moyens de reconstruire leur maion, explique Matthew Hashiguchi, qui réalise un documentaire sur le Lower Ninth - "Ce qui était là et ce qui reste". D'autres ont aussi sûrement peur de rentrer. Les gens ont subi un choc très dur sur le plan psychologique. Tant qu'ils vivent loin de chez eux, ailleurs aux Etats-Unis, ils n'ont pas à affronter ce traumatisme."

Si 400 millions de dollars viennent d'être débloqués pour que les habitants de l'est de la Nouvelle Orléans reconstruisent et surélèvent leur maison, le quartier ne retrouvera jamais son visage de l'avant-Katrina. Les résidents étaient ici propriétaires depuis 30 ou 60 ans. "Leurs parents, leurs grands-parents et leurs arrières grand-parents avaient souvent vécu dans leur maison, insiste Matthew Hashiguchi. C'est quelque chose d'unique à la Nouvelle Orléans, mais aussi à l'échelle des Etats-Unis."

"Ce quartier était comme un village, confirme Mack McClendon. Bien sûr il y avait des problèmes, mais c'était une très belle communauté. Seulement 5 % des personnes âgées sont rentrées. Cet anniversaire est très triste."

Samedi soir, Mack McClendon a tout de même organisé une soirée, avec de la musique, pour que ceux qui sont revenus puissent passer du temps ensemble. "Les gens sont très forts, ajoute Matthew Hashiguchi. Même s'ils pensent constamment à ce qui s'est passé, et en dépit de tous leurs problèmes, ils restent positifs et essaient d'avancer."

Début des commémorations à la Nouvelle-Orléans

 

Première publication : 27/08/2010

COMMENTAIRE(S)