Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Economie

Boeing annonce un nouveau retard dans la livraison de son premier 787

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/08/2010

Un problème de disponibilité du moteur contraint l'avionneur américain à reporter encore la livraison de son premier 787 "Dreamliner". La compagnie japonaise ANA, qui attendait l'appareil fin 2010, devra patienter jusqu'au premier trimestre 2011.

Le lancement du "Dreamliner" vire au cauchemar industriel pour Boeing. Ce vendredi, l'avionneur américain a annoncé qu’il devait une nouvelle fois repousser la livraison de ses huit premiers Boeing 787 à la compagnie japonaise ANA. Initialement prévue pour la fin de l'année 2010, celle-ci n'interviendra finalement pas avant le mois de février 2011... au mieux. Une bien mauvaise nouvelle pour la firme américaine - qui prévoyait au départ de lancer son avion en 2008 - dans la bataille qui l'oppose à son concurrent européen Airbus.

Boeing justifie ce nouveau report par la nécessité d'effectuer des essais supplémentaires sur le moteur que doit lui livrer Rolls-Royce.

Pour ANA - premier client du "Dreamliner" -, l'acquisition de ce nouvel avion est stratégique : celui-ci consomme bien moins de kérosène que ses prédécesseurs et bénéficie d'un plus grand confort intérieur susceptible d'attirer les voyageurs aisés. La compagnie, qui en a commandé 55, souhaite ainsi s'en servir pour renouveler une bonne partie de sa flotte.

Externalisation

Pour l'heure, c'est toutefois Boeing qui semble davantage pénalisé par ce nouveau contretemps. Le constructeur, qui n'a plus lancé de moyen-transporteur depuis 10 ans, doit en effet répondre à quelque 700 commandes du "Dreamliner", dont le succès s’explique en grande partie par son avance sur l’A380. Reste qu'avec ces retards successifs, Airbus, qui prévoit de finaliser l’A350 AWB - le concurrent direct du "Dreamliner" - en 2013, peut espérer reprendre un peu la main.

Les difficultés que rencontre actuellement le super-avion pour sortir d'usine sont essentiellement liées au choix fait par Boeing d'externaliser une grande partie de sa construction. Saluée au départ parce qu'elle permettait de minimiser les risques en multipliant les fournisseurs potentiels, cette politique se heurte aujourd'hui à l'incapacité des sous-traitants de tenir les délais impartis.

Dans un entretien au "Business Journal", le directeur commercial de Boeing, Jim Albaugh, a reconnu que les problèmes posé par l’externalisation de sa construction avaient été l’une des grandes leçons retenues au cours des six années passées à travailler sur le "Dreamliner". "Nous devons développer l’expertise interne afin de pouvoir palier les problèmes de nos partenaires externes", a-t-il affirmé.

Première publication : 27/08/2010

  • AÉRONAUTIQUE

    L'Europe fait appel de la condamnation d'Airbus devant l’OMC

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Le long-courrier Dreamliner se pose pour la première fois hors des États-Unis

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Airbus repart à l'assaut des supertankers de l'armée américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)