Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Amériques

Condamnée à 60 ans de prison, Florence Cassez se pourvoit en cassation

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/08/2010

Selon les avocats de la Française, condamnée pour des enlèvements qu'elle a toujours niés, celle-ci serait visée par une procédure "inconstitutionnelle". Ils ciblent notamment la police qui, selon eux, a monté son arrestation de toutes pièces.

AFP - Les avocats de Florence Cassez, la Française condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour des enlèvements et qui clame son innocence, ont déposé lundi un pourvoi en cassation, évoquant des manquements à la Constitution mexicaine et des violations des droits de leur cliente, a constaté l'AFP.

"Le dossier de notre pourvoi en cassation invoque à la fois la violation de la Constitution mexicaine, des droits de notre cliente et des droits de l'Homme universels", a déclaré Me Frank Berton devant un groupe de journalistes au tribunal pénal fédéral de Mexico.

L'arrestation de la Française de 35 ans avait fait l'objet à l'époque d'une retransmission télévisée présentée comme un reportage en direct, mais la police avait reconnu ensuite qu'il s'agissait d'une "reconstitution".

Les avocats de Florence Cassez et les autorités françaises ont dénoncé un "montage", et non une "reconstitution", et appellent à l'annulation de l'ensemble de la procédure, arguant que les policiers se sont mis hors la loi.

La "reconstitution" avait été montée à la demande des médias, avait affirmé la police, avant de reconnaître que c'était faux.

"Nous sommes remplis d'espoir que la Cour suprême du Mexique se saisisse de ce dossier constitutionnel, qui est aussi une histoire très simple, une histoire montée de toutes pièces à des fins médiatiques", a dit Me Berton aux journalistes.

"Je vais rentrer en France plein d'espoir et de confiance en la justice mexicaine, comme en celle de mon pays, il suffit de lire le dossier, de lire ce qu'il s'est passé le matin du 9 décembre 2005 pour comprendre que cette histoire est un montage télévisé", a-t-il ajouté.

La police des polices du Mexique a ouvert une enquête en 2006 sur les auteurs de l'arrestation, sans qu'aucun résultat n'en soit encore publié.

"Le combat qu'on mène ici pour Florence Cassez, et qui pourrait être arrivé à n'importe qui au Mexique, c'est un combat pour une innocente, c'est une innocente", a ajouté l'avocat.

Première publication : 30/08/2010

  • MEXIQUE

    Nouveau rebondissement dans l'affaire Florence Cassez

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Un témoin-clé affirme avoir été contraint d'accuser Florence Cassez sous la torture

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    La police prise en flagrant délit de mensonge dans l'affaire Florence Cassez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)