Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 000 experts du Sida et pas de président Macron

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Magic System, 20 ans de tubes

En savoir plus

FOCUS

Le Sénégal, bon élève de la lutte contre le sida

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'été en musique : les incontournables qui vont faire danser

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

Economie

Après RIM, New Delhi s'en prend à Google et à Skype

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 31/08/2010

L'Inde souhaite pouvoir davantage contrôler les données cryptées qui circulent via les BlackBerry, Skype ou encore Gmail, la messagerie de Google. Une offensive qui intervient alors que les tensions au Cachemire s'intensifient.

New Delhi ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Après RIM et ses BlackBerry, le gouvernement indien s’en prend maintenant à Google et à Skype. Des requêtes officielles indiennes devaient être envoyées aux deux entreprises, ce mardi, a appris l’agence de presse indienne PTI News, lundi.

L’Inde souhaite, en effet, que ses services de renseignements puissent "contrôler" les communications qui transitent par Skype, le populaire service de téléphonie par Internet, et par Gmail, la messagerie de Google. Or, pour l'heure, ces deux services offrent à leurs utilisateurs un niveau de cryptage des données qui rend un tel contrôle difficile. "Toutes les compagnies, que ce soit Google, Skype ou n'importe quelle autre, doit nous fournir ce genre d’information", a indiqué à la BBC un responsable du ministère indien de l’Intérieur.

Situation au Cachemire

De son côté, RIM a obtenu lundi un délai supplémentaire de 60 jours avant que l’Inde ne décide de bannir, ou non, les BlackBerry de son territoire. Premier vendeur au monde de smartphones, le constructeur canadien est en discussion depuis plusieurs semaines avec New Delhi pour parvenir à un accord. En Inde, plus d’un million de personnes utilisent un BlackBerry.

Même si RIM assure ne pas transiger sur la qualité des services offerts à ses clients, il semblerait que celui-ci ait accepté de faire certaines concessions. L'hypothèse la plus probable serait qu’il ouvre un serveur en Inde, permettant ainsi aux services de renseignements indiens d’avoir un accès direct aux données transitant par les BlackBerry, qui resteront cependant cryptées.

Cette offensive coordonnée de l'Inde contre des géants des communications à l’ère d’Internet intervient alors que la situation au Cachemire s’est fortement détériorée ces dernières semaines. Une enquête du "Huffington Post" et de l’agence de presse américaine AP souligne que les mouvements de résistance au Cachemire indien utilisent de plus en plus les nouveaux médias pour s’organiser.

Première publication : 31/08/2010

COMMENTAIRE(S)