Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au gabon, retour au calme mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

Sports

La Fédération australienne n'aime pas les comédiens

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 01/09/2010

La FFA vient d'infliger deux matchs de suspension à deux joueurs de la A-League, reconnus coupables d'avoir obtenu des pénaltys en plongeant dans la surface de réparation de leurs adversaires. Une décision qui fait polémique.

"La simulation n’a pas sa place en Australie." Telle est la déclaration faite par la Fédération australienne de football (FFA) mardi, après qu'elle a suspendu deux joueurs de la A-League reconnus coupables d'avoir "plongé" dans la surface de réparation de leurs adversaires. Il s'agit de Patricio Perez et de Michael Baird, qui évoluent respectivement à Central Coast et Perth Glory. C’est la première fois qu’une telle décision est prise par les instances dirigeantes du football australien.

Ces suspensions ont créé une vive polémique entre les clubs du championnat australien et la FFA, qui défend bec et ongles le recours à cette nouvelle procédure. Dans un communiqué, Ben Buckley, président de la FFA, a expliqué que cette décision avait été mûrement réfléchie. "Trois personnes hautement qualifiées, expérimentées et indépendantes en ont pris acte. L’arbitre ne peut pas tout voir sur un terrain alors qu’avec plusieurs angles de vue, eux le peuvent."

Jurisprudence ?

Les deux joueurs auront donc à purger deux matchs de suspension pour leurs "fautes". "Désormais, ils réfléchiront à deux fois avant de simuler. C’est une forme de tricherie", a déclaré pour sa part l’ancien joueur du Sydney FC David Zdrilic sur le plateau de la chaîne Fox Sport. D’autres footballeurs estiment, en revanche, qu'il est légitime de tenter de tromper l’arbitre, la simulation faisant, pour eux, partie du jeu. Ancien gardien de but de l’AC Milan, Zeljko Kalac, a défendu ce point de vue dans la même émission télévisée : " Ça fait partie du jeu. Si ça passe, tant mieux pour le joueur".

Les sanctions adoptées contre Perez et Baird devraient faire jurisprudence en Australie, mais elles pourraient également intéresser d'autres fédérations, à l’heure où l’implantation de l’arbitrage vidéo fait débat.


 

Première publication : 01/09/2010

  • COUPE DU MONDE 2010

    Le président de la Fifa s'excuse pour les erreurs d'arbitrage

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le "board" de la Fifa n'intègrera pas l'assistance vidéo sur la ligne de but

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)