Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le meilleur du théâtre et de la série "Mad Men"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arménie : l’art de la mémoire

En savoir plus

MODE

France : l’association Faber Lambert pour la valorisation des métiers rares

En savoir plus

FOCUS

Ebola : une campagne de vaccination redonne espoir à la Guinée

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les lingots d'or cachés de Jean-Marie Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : la légalisation attendue du mariage gay

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le troisième mandat de la discorde

En savoir plus

Culture

"Le cygne noir" a ouvert la 67e Mostra de Venise

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2010

Le thriller psychologique américain "Le cygne noir", avec Nathalie Portman et Vincent Cassel, a été projeté mercredi en ouverture de la Mostra. Le cinéaste iranien Jafar Panahi, privé de passeport, n'a pu se rendre à Venise.

AFP - "Black Swan" ("Le cygne noir"), un thriller psychologique américain avec Natalie Portman dans le rôle-titre au côté de Vincent Cassel, a ouvert mercredi le 67ème festival de Venise, également marqué par l'absence du cinéaste iranien Jafar Panahi, privé de passeport par Téhéran.

La musique du "Lac des cygnes" de Tchaïkovski sert de colonne vertébrale à "Black Swan", qui décrit le parcours torturé de Nina, une danseuse de ballet new-yorkaise jouée par Natalie Portman, qui doit à la fois se faire violence pour rentrer dans son rôle et faire face à l'ascension d'une de ses rivales.

Si elle est un cygne blanc parfait, la timide et perfectionniste Nina a en revanche du mal à incarner la sensualité et la face obscure du cygne noir exigées par son directeur de ballet, Thomas (Vincent Cassel), qui la pousse dans ses retranchements.

A cette pression s'ajoutent une mère possessive et une sexualité en jachère, un cocktail explosif qui fragilisent la frêle Nina. Alcool, drogue et sexe (en solitaire ou en groupe, mais toujours en sous-vêtements) l'aident toutefois à s'échapper de sa chambre aux murs roses remplie de peluches.

"Black Swan" est "une histoire sur l'amour et la peur, sur la confiance et la trahison. C'est l'histoire d'une fille piégée, pourchassée et désirée qui veut échapper à ce qui la tourmente mais aussi à ce qu'elle est vraiment", explique son réalisateur, Darren Aronofsky.

Aronofsky n'est pas un inconnu à Venise, où il a déjà remporté en 2008 le Lion d'or avec "The Wrestler", le film porté par l'interprétation de Mickey Rourke.

Les deux films "sont liés l'un à l'autre. (Le ballet et la lutte) requièrent tous deux des acteurs qu'ils utilisent leur corps de façon intense et physique", a souligné le réalisateur au cours d'une conférence de presse. "Ces deux films se font pendant", a-t-il observé.

Cette journée d'ouverture de la Mostra a également été marquée par l'absence de Jafar Panahi, Lion d'or en 2000 pour "Le cercle" et attendu pour la première mondiale de son court-métrage "L'accordéon", mais auquel les autorités iraniennes n'ont pas rendu son passeport.

"On m'interdit de faire des films depuis cinq ans. Quand un réalisateur n'est pas autorisé à faire des films, il est emprisonné mentalement", a écrit le cinéaste dans un message lu au public avant la projection de son film, une ode à la tolérance qui raconte avec tendresse l'aventure d'un garçon et de sa petite soeur privés de leur accordéon parce qu'ils ont joué près d'une mosquée.

Panahi avait été arrêté en mars, accusé par le ministère iranien de la Culture d'avoir "préparé un film contre le régime portant sur les événements post-électoraux" (en allusion aux manifestations ayant suivi la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009).

De nombreuses voix s'étaient élevées à l'étranger comme en Iran pour demander sa libération, notamment à l'occasion du Festival de Cannes où le cinéaste devait siéger parmi les membres du jury.

Libéré fin mai, Panahi, dont le passeport a été révoqué il y a neuf mois, attend son procès qui doit débuter fin septembre.

Jeudi, ce sera au tour de "Noruwei no mori" ("Bois norvégien") de Tran Anh Hung (Japon) et "La pecora nera" ("La brebis galeuse") d'Ascanio Celestini (Italie) de faire leur entrée dans la course au Lion d'or, tandis que "La Belle Endormie" de Catherine Breillat ouvrira "Horizons", la section parallèle du festival.
 

Première publication : 02/09/2010

  • CINÉMA

    Trois films français en lice pour le Lion d'or de la Mostra de Venise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)