Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Macronomics" : les réformes d'Emmanuel Macron pour la France

En savoir plus

EUROPE

Nouvelle attaque meurtrière de la rébellion islamiste contre l'armée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2010

Un attentat-suicide perpétré contre une unité militaire au Daguestan a fait au moins trois morts et une trentaine de blessés la nuit dernière. Les violences sont quotidiennes dans le Caucase russe, où sévit une rébellion islamiste armée.

AFP - Cinq personnes ont été tuées et 39 autres ont été blessées dans la nuit de samedi à dimanche dans un attentat suicide contre une unité militaire au Daguestan, dans le Caucase russe, une nouvelle attaque qui frappe cette région en proie à une rébellion.

L'attentat s'est produit à 00H30 (20H30 GMT) sur le territoire du polygone de Dalniï appartenant à l'unité des fusiliers-motocyclistes stationnée près de la ville de Bouïnaksk, selon une source au sein des forces de l'ordre locales, citée par l'agence RIA Novosti.

Un kamikaze a fait exploser sa voiture piégée à l'entrée du camp militaire utilisé pour des manoeuvres, a indiqué cette source.

"Selon les premières informations, l'attentat a fait cinq morts et 39 blessés", a-t-elle précisé.

Pour sa part, le ministère russe de la Défense a fait état de trois morts et 36 blessés.

La puissance de l'explosion était équivalente à environ 100 kilos de TNT, a déclaré un responsable des forces de l'ordre locales, cité par RIA Novosti. L'explosion a fait un cratère de trois mètres de diamètre, selon la même source.

Les militaires avaient repéré la voiture du kamikaze et bloqué l'entrée du camp avec un camion, a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense, cité par RIA Novosti.

"Après plusieurs tirs de sommation, les sentinelles ont ouvert le feu sur le kamikaze" en le tuant, a-t-il indiqué.

"La voiture s'est écrasée contre le camion avant d'exploser (...) l'explosion s'est produite à l'extrémité du camp, sinon le bilan des morts aurait été beaucoup plus lourd", a-t-il souligné.

Selon un responsable des forces de l'ordre locales, une deuxième explosion est survenue peu après sur une autoroute, où devait passer une voiture de police dépêchée sur les lieux, sans faire de victimes.

Le Parquet militaire russe a déclaré enquêter sur les circonstances de l'attentat, alors qu'une commission spéciale dirigée par le chef par intérim du district militaire du Sud, Alexandre Galkine, s'est rendue au polygone de Dalniï, selon le ministère de la Défense.

Le Daguestan, république voisine de la Tchétchénie, est en proie à une rébellion armée islamiste qui mine tout le Caucase russe. Les violences y sont quotidiennes, en dépit de mesures de stabilisation prises, les combattants rebelles visant en particulier les représentants des autorités et des forces de l'ordre.

Le ministre régional en charge des affaires nationales et religieuses, Bekmourza Bekmourzaïev, a été blessé et le chauffeur de son véhicule tué samedi dans un attentat à la bombe au Daguestan.

Un policier des forces spéciales a été tué mercredi à Makhatchkala, la capitale daguestanaise.

Les autorités russes se veulent toutefois rassurantes, le Premier ministre Vladimir Poutine excluant une "nouvelle guerre" dans le Caucase russe.

"Je ne pense pas qu'il y ait des prémices pour une nouvelle guerre", a déclaré M. Poutine dans un entretien récent au quotidien populaire Komsomolskaïa Pravda.

Les rebelles "sont capables de commettre des actes terroristes, c'est sûr, ils sont capables de tirer de derrière un mur ou de faire exploser quelque chose. Mais ils n'ont ni les forces, ni les moyens pour une guerre", a-t-il souligné.

Il y a tout juste 11 ans, le 4 septembre 1999, un attentat meurtrier s'était produit à Bouïnaksk. Soixante-huit personnes avaient alors été tuées et plus de 150 autres blessées dans un attentat à la voiture piégée contre un immeuble occupé par des familles de militaires.
 

Première publication : 05/09/2010

  • TCHÉTCHÉNIE

    Au moins 12 rebelles tués lors d'une attaque contre le village du président Kadyrov

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Le cerveau présumé des attentats de Moscou tué au Daguestan

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Deux explosions retentissent dans une centrale hydroélectrique du Caucase russe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)