Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

Berlin prolonge la durée de vie de ses centrales nucléaires

Vidéo par Damien COQUET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/09/2010

Les responsables politiques allemands se sont mis d'accord, dimanche, sur une prolongation de 12 ans, en moyenne, de l'activité des 17 centrales nucléaires du pays. La coalition d'Angela Merkel était divisée depuis des mois sur le sujet.

REUTERS - Le gouvernement allemand a décidé de prolonger l'activité des 17 centrales nucléaires du pays d'un nombre d'années variable selon leur ancienneté, après une réunion fondamentale pour la politique énergétique du pays.

L'accord trouvé dimanche met fin à des mois de division au sein de la coalition de la chancelière Angela Merkel sur l'avenir des centrales, dont la fermeture était prévue au plus tard en 2021 aux termes d'une loi adoptée en 2002 par la coalition social-démocrate et verte alors au pouvoir.

La chancelière allemande s'était prononcée fin août en faveur d'une prolongation de l'activité des centrales, jugeant raisonnable de les laisser en service 10 à 15 ans de plus que prévu.

Cette durée d'activité sera prolongée en moyenne de douze ans, selon un principe de différenciation en fonction de l'ancienneté des sites, a déclaré dimanche, après la réunion, le ministre allemand de l'Environnement, Norbert Röttgen.

"Nous avons convenu que la prolongation sera de huit ans pour les centrales nucléaires les plus vieilles et de 14 ans pour les plus récentes qui fonctionnent selon des normes
techniques différentes", a-t-il précisé à la presse à sa sortie de la chancellerie, devant laquelle un millier de militants anti-nucléaire ont manifesté.

Selon une source gouvernementale, l'année charnière qui permettra de différencier les deux groupes de centrales devrait être 1980, celles construites il y a moins de 30 ans bénéficiant de systèmes de sécurité plus performants.

L'accord sur le nucléaire devrait être la pierre angulaire de la politique énergétique du gouvernement allemand, qui devrait être définie ce mois-ci.

Merkel a beaucoup misé sur ce dossier et sa mise en oeuvre devra se dérouler en douceur si elle veut inverser la tendance défavorable à son gouvernement dans les sondages avant une série d'élections régionales cruciales prévues en 2011.

Les Allemands ne sont pas convaincus de la sécurité des centrales nucléaires et des réponses apportées à la question du stockage des déchets nucléaires.

Discorde sur une taxe

Les écologistes pourraient toutefois trouver un motif de satisfaction dans l'impulsion nouvelle donnée au soutien public et privé au développement des énergies renouvelables.

L'accord table en effet sur un effort de long terme en ce sens, a expliqué Röttgen, ajoutant que l'investissement devrait désormais être de trois à quatre milliards d'euros par an.

Les fournisseurs d'électricité devront financer les énergies renouvelables à hauteur de neuf euros par mégawatt-heure d'électricité d'origine nucléaire distribué.

De source gouvernementale, on expliquait un peu plus tôt que cette contribution devrait s'élever à 300 millions d'euros par an en 2010 et 2011, puis 200 millions par an entre 2013 et 2016.

La réunion de dimanche a en outre permis de définir certains détails du projet de taxation du nucléaire qui occasionne un débat houleux entre les exploitants des centrales et l'Etat, qui entend lever 2,3 milliards d'euros par an dans le cadre du plan de réduction du déficit budgétaire.

Selon la source gouvernementale, le gouvernement a décidé de fixer le montant de cette taxe à 145 euros par gramme de combustible pour les six ans à venir.

Les compagnies concernées, E.ON, Energie Baden-Württemberg et Vattenfall mènent une campagne acharnée contre le projet de taxe sur l'électricité nucléaire, qu'elles souhaitent voir remplacée par une redevance fixe déductible de l'impôt sur les sociétés.
Plusieurs dizaines de chefs d'entreprise allemands ont signé le mois dernier une lettre ouverte à Angela Merkel dans laquelle ils lui reprochent de mettre en péril l'approvisionnement futur en énergie du pays.

Les exploitants de centrales nucléaires, eux, menacent de réduire leurs investissements, voire de fermer certaines centrales si le projet de taxe est mis en oeuvre.

L'opposition social-démocrate a pour sa part critiqué immédiatement l'accord et prévenu qu'elle le contesterait en justice si le gouvernement était tenté de passer outre au vote
législatif. La coalition de Merkel a perdu cette année le contrôle du Bundesrat, la chambre haute du parlement.

Le SPD, principal parti de la coalition qui avait voté l'arrêt des centrales en 2021, a également prévenu qu'il annulerait la prolongation d'activité s'il revenait au pouvoir.
 

Première publication : 06/09/2010

  • ALLEMAGNE

    La Bundesbank se prononce pour l'éviction de Thilo Sarrazin

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Un banquier plonge le pays en plein désarroi en stigmatisant juifs et musulmans

    En savoir plus

  • CROISSANCE

    L'Allemagne connaît son meilleur trimestre depuis la réunification

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)