Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar : l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : le statu quo diplomatique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

Economie

Une nouvelle blague potache sur Google vise le président français

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/09/2010

Il suffit de taper "trou du cul" sur Google pour voir la page Facebook du président de la République arriver en tête des résultats. Nicolas Sarkozy est victime d’un nouveau "Google bombing".

Depuis ce week-end, la requête "trou du cul" est devenue l’une des plus populaires sur Google en France. Et pour cause : cette recherche fait apparaître, en première position des résultats, la page Facebook de Nicolas Sarkozy.

Le pic constaté pour la requête "trou du cul" le week-end dernier sur le site google.com/trends

Une situation incongrue qui résulte d’une blague de potache d’internautes bidouilleurs. " Un certain nombre de webmestres ont utilisé l'expression en question pour pointer vers la page Facebook de Nicolas Sarkozy, la faisant ainsi remonter parmi les résultats de recherches liés à cette requête", a tenu à expliquer, dans un communiqué, Google ce lundi.

Cette pratique n’est pas inédite, et elle dispose même d’un petit nom dans la galaxie des internautes avertis : le "Google bombing". Elle nécessite une action conjuguée et simultanée de dizaines voire de centaines de webmestres pour réussir à faire remonter leur résultat.

Les plus célèbres d’entre eux ont toujours une connotation militante et politique. Ainsi en octobre 2003, la recherche "miserable failure" ("échec retentissant") menait à la biographie officielle de George W. Bush. En France, à l’occasion de la campagne présidentielle 2007, l’expression "programme Ségolène" renvoyait pendant plusieurs jours à l’article "vide" de Wikipedia.

Nicolas Sarkozy est, pour sa part, un client particulièrement apprécié par les "bombardiers" de Google. En juin 2009, au plus fort de la bataille autour de la loi Hadopi (sur le téléchargement illégal), la requête "trou du cul du web" renvoyait ainsi au site sarkozy.fr. Si le président semble donc abonné à cette partie anatomique, son fils, Jean, a aussi eu droit à son "Google bombing". A l’époque de la polémique autour de sa nomination à la tête de l’EPAD, en septembre 2009, son site arrivait en tête de la recherche "fils à papa" sur Google.

Première publication : 06/09/2010

COMMENTAIRE(S)