Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Moyen-orient

Washington débloque 50 milliards de dollars pour relancer l'emploi

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2010

À quelques semaines des élections de mi-mandat, Barack Obama dévoile un plan de rénovation des infrastructures de 50 milliards de dollars sur six ans. Objectif : faire reculer le chômage, qui touche près de 10 % de la population active.

AFP - Le président américain Barack Obama a dévoilé lundi un plan visant à allouer au moins 50 milliards de dollars aux infrastructures routières, aériennes et ferroviaires, dans l'espoir de créer des emplois, à deux mois des élections législatives.

Pour faire cette annonce, il s'est rendu à Milwaukee (Wisconsin, nord), alors que ses alliés démocrates du Congrès en pleine campagne électorale peinent à convaincre des électeurs encore sous le coup de la récession.

Ce nouveau plan "ne créera pas seulement des emplois immédiatement, mais cela organisera mieux notre économie sur le long terme", a déclaré le président américain au cours d'une réunion syndicale à l'occasion de la Fête du Travail, qui marque le début de la campagne pour les élections législatives.

"C'est un plan qui prouve que même après la pire récession de notre vie, l'Amérique continue de maîtriser son destin", a ajouté M. Obama vivement acclamé par la foule.

Le parti du président, en pleine chute dans les sondages, pourrait connaître de fortes pertes lors du scrutin du 2 novembre où un tiers des sièges du Sénat et la totalité de ceux de la Chambre doivent être renouvelés.

Qualifiant le nouveau plan d'"audacieux", un responsable de la Maison Blanche avait indiqué plus tôt que les fonds seraient disponibles immédiatement et que d'importants investissements seraient réalisés dès la première année.

Le plan, d'une durée totale de six ans, prévoit la construction et la rénovation de routes (240.000 km), de chemins de fer (6.400 km) et de 240 km de pistes d'aviation, a indiqué le président américain. Il établit une "banque des infrastructures" pour coordonner les financements de projets.

L'économie américaine reste moribonde, avec un taux de chômage stagnant à 9,6%, selon les chiffres officiels publiés la semaine dernière.

Mais pour que ces 50 milliards soient effectivement déboursés, le plan doit d'abord être approuvé par le Congrès. Or, il est peu probable que les élus l'examinent avant les élections et les adversaires républicains de M. Obama devraient s'employer à combattre ce nouveau projet.

"Nous aimerions faire adopter cela aussi vite que possible", a indiqué à la presse un haut responsable de l'administration Obama, peu avant l'annonce du président.

M. Obama a indiqué qu'il allait travailler avec le Congrès pour que les investissements soient financés sans augmentation du déficit.

Les adversaires républicains de M. Obama répètent à l'envi que le plan de relance d'environ 800 milliards de dollars adopté en 2009 a été un vaste gaspillage d'argent public qui n'a pas porté ses fruits.

Le chef de la minorité républicaine de la Chambre des représentants, John Boehner, a fustigé le nouveau plan dans un communiqué lundi affirmant: "si nous avons appris quelque chose au cours de 18 derniers mois, c'est que nous ne pouvons pas dépenser (excessivement) pour parvenir à la prospérité".

Face à ces critiques, M. Obama a martelé lundi que la précédente administration républicaine était responsable de la situation économique et budgétaire. "Ils vont parier qu'entre maintenant et novembre vous allez devenir amnésiques", a-t-il lancé à son auditoire.

Pour décrire ses relations avec les républicains, M. Obama a dit qu'ils parlent de lui comme d'"un chien".

M. Obama doit également se rendre cette semaine dans l'Ohio (nord), un autre Etat fortement touché par la crise. Mercredi, à Cleveland, il devrait annoncer des allégements fiscaux pour les petites entreprises pour un montant de 100 milliards de dollars.
 

Première publication : 06/09/2010

  • ÉTATS-UNIS

    La croissance économique ralentit plus que prévu

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Aux États-Unis, 131 000 emplois ont été détruits en juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)