Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

FRANCE

La justice suisse enquête sur les biens de l'héritière de L'Oréal

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2010

La justice suisse a répondu favorablement à la demande d'entraide judiciaire formulée par le Parquet de Nanterre, au sujet de l'affaire Bettencourt. Un juge d'instruction de Genève a ainsi procédé à des perquisitions et à des saisies des documents.

REUTERS - La justice suisse enquête à la demande du parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) sur certains aspects de l'affaire visant l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, a-t-on appris mardi au bureau du procureur.

Un porte-parole du procureur Philippe Courroye a confirmé des informations de la presse suisse sans préciser dans l'immédiat quelles investigations avaient été sollicitées.

"Il y a bien eu une demande d'entraide du parquet de Nanterre à la Suisse", a-t-il dit.

Folco Galli, porte-parole de l'Office fédéral de la justice suisse, a déclaré à la presse suisse que la demande d'entraide avait été reçue le 25 août. Après un examen sommaire, cette demande a été jugée régulière et transmise au canton de Genève.

Le juge d'instruction de Genève Jean-Bernard Schmid a précisé aussi au quotidien suisse Le Matin que la procédure d'enquête était "en cours d'exécution".
Deux cabinets d'avocats et une banque ont fait l'objet de perquisitions en fin de semaine dernière, dit le journal.

Plusieurs faits susceptibles d'alimenter les enquêtes préliminaires en cours à Nanterre sont censés s'être déroulés en Suisse, où Liliane Bettencourt, 17e fortune mondiale selon le classement de Forbes, a déjà admis qu'elle possédait 78 millions d'euros soustraits au fisc français.

Son ancienne comptable Claire Thibout a déclaré à la police française que le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, lui avait dit en 2007 s'être rendu en Suisse retirer 100.000 euros en espèces afin de les remettre à Eric Woerth, trésorier de l'UMP, pour un financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

La demande d'entraide présentée par un parquet est distincte de la commission rogatoire internationale que seul un juge d'instruction peut décerner. Si elle est acceptée, ce dernier peut alors se déplacer dans le pays concerné, ce que le procureur ne peut a priori faire.

L'absence d'une instruction conduite par un juge indépendant est critiquée en France dans l'affaire Bettencourt.
L'opposition de gauche et les syndicats de magistrats estiment que le procureur Courroye n'est pas qualifié pour conduire la procédure, du fait de son statut et de ses liens d'amitié avec Nicolas Sarkozy.

Selon la presse suisse, Florence Woerth, l'épouse d'Eric Woerth embauchée par Patrice de Maistre quand son mari est devenu ministre du Budget, se rendait régulièrement en Suisse dans le cadre de cet emploi, et aurait donc était informée de l'existence de fonds soustraits au fisc.

L'avocat de Florence Woerth a démenti et expliqué qu'il n'y avait eu que des déplacements ponctuels de sa cliente en Suisse.

 

Première publication : 07/09/2010

  • FRANCE

    Liliane Bettencourt fustige l'"acharnement" de sa fille et de la juge Prévost-Desprez

    En savoir plus

  • FRANCE

    La police perquisitionne de nouveau le domicile de Liliane Bettencourt

    En savoir plus

  • FRANCE

    François-Marie Banier n'est plus le légataire universel de Liliane Bettencourt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)