Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

FRANCE

La justice suisse enquête sur les biens de l'héritière de L'Oréal

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2010

La justice suisse a répondu favorablement à la demande d'entraide judiciaire formulée par le Parquet de Nanterre, au sujet de l'affaire Bettencourt. Un juge d'instruction de Genève a ainsi procédé à des perquisitions et à des saisies des documents.

REUTERS - La justice suisse enquête à la demande du parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) sur certains aspects de l'affaire visant l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, a-t-on appris mardi au bureau du procureur.

Un porte-parole du procureur Philippe Courroye a confirmé des informations de la presse suisse sans préciser dans l'immédiat quelles investigations avaient été sollicitées.

"Il y a bien eu une demande d'entraide du parquet de Nanterre à la Suisse", a-t-il dit.

Folco Galli, porte-parole de l'Office fédéral de la justice suisse, a déclaré à la presse suisse que la demande d'entraide avait été reçue le 25 août. Après un examen sommaire, cette demande a été jugée régulière et transmise au canton de Genève.

Le juge d'instruction de Genève Jean-Bernard Schmid a précisé aussi au quotidien suisse Le Matin que la procédure d'enquête était "en cours d'exécution".
Deux cabinets d'avocats et une banque ont fait l'objet de perquisitions en fin de semaine dernière, dit le journal.

Plusieurs faits susceptibles d'alimenter les enquêtes préliminaires en cours à Nanterre sont censés s'être déroulés en Suisse, où Liliane Bettencourt, 17e fortune mondiale selon le classement de Forbes, a déjà admis qu'elle possédait 78 millions d'euros soustraits au fisc français.

Son ancienne comptable Claire Thibout a déclaré à la police française que le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, lui avait dit en 2007 s'être rendu en Suisse retirer 100.000 euros en espèces afin de les remettre à Eric Woerth, trésorier de l'UMP, pour un financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

La demande d'entraide présentée par un parquet est distincte de la commission rogatoire internationale que seul un juge d'instruction peut décerner. Si elle est acceptée, ce dernier peut alors se déplacer dans le pays concerné, ce que le procureur ne peut a priori faire.

L'absence d'une instruction conduite par un juge indépendant est critiquée en France dans l'affaire Bettencourt.
L'opposition de gauche et les syndicats de magistrats estiment que le procureur Courroye n'est pas qualifié pour conduire la procédure, du fait de son statut et de ses liens d'amitié avec Nicolas Sarkozy.

Selon la presse suisse, Florence Woerth, l'épouse d'Eric Woerth embauchée par Patrice de Maistre quand son mari est devenu ministre du Budget, se rendait régulièrement en Suisse dans le cadre de cet emploi, et aurait donc était informée de l'existence de fonds soustraits au fisc.

L'avocat de Florence Woerth a démenti et expliqué qu'il n'y avait eu que des déplacements ponctuels de sa cliente en Suisse.

 

Première publication : 07/09/2010

  • FRANCE

    Liliane Bettencourt fustige l'"acharnement" de sa fille et de la juge Prévost-Desprez

    En savoir plus

  • FRANCE

    La police perquisitionne de nouveau le domicile de Liliane Bettencourt

    En savoir plus

  • FRANCE

    François-Marie Banier n'est plus le légataire universel de Liliane Bettencourt

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)