Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

FRANCE

Climat tendu à l'Assemblée au premier jour des débats sur les retraites

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/09/2010

Avant la présentation du projet de loi sur la réforme des retraites, les députés se sont livrés à une séance houleuse de questions au gouvernement. Le groupe communiste a notamment provoqué une brève suspension de séance.

Le 7 septembre n’aura pas été agité seulement dans la rue. Le projet de loi sur la réforme des retraites a également "secoué" l’Assemblée nationale. La séance de questions au gouvernement a ainsi été rythmée par les invectives, les huées, les applaudissements et une suspension de séance.

L'opposition ouvre les hostilités dès le début de la séance de questions au gouvernement, en début d’après-midi, contre le projet de loi. En l’état, celui-ci prévoit notamment le report de 60 à 62 ans de l'âge légal du départ, en 2018, et le relèvement de 65 à 67 ans de l'âge permettant d'obtenir une retraite à taux plein, quel que soit le nombre de trimestres cotisés.

Le président du groupe socialiste, Jean-Marc Ayrault, gonflé à bloc par le nombre important de manifestants battant le pavé au même moment pour réclamer l’abandon du projet de loi sur les retraites, attaque, sous les huées : "J’accuse le gouvernement de ne pas avoir joué sincèrement le jeu de la négociation avec les syndicats et les partis d’opposition. Dans aucun pays la réforme des retraites n’a été conduite sur une période aussi courte et avec aussi peu de dialogue social."

En face, le gouvernement tient à montrer toute sa détermination, malgré la forte mobilisation de la rue. Le Premier ministre François Fillon prend le micro pour expliquer qu’en proposant l'âge de 62 ans, le gouvernement effectue un choix "raisonnable" et surtout "incontournable". Le chef du gouvernement attaque ensuite directement le Parti socialiste, l'accusant de manquer de "crédibilité" sur le sujet.

"La gauche n’a jamais tenu un seul des engagements qu’elle a pris sur l’abrogation de nos réformes", a-t-il déclaré dans le brouhaha général, arguant que l'opposition n'avait par exemple jamais proposé de revenir sur la précédente réforme, votée en 2003.

"Staliniens ! Fascistes !"

Le ministre du Travail, Eric Woerth, se voit adresser la deuxième question. Fragilisé depuis plusieurs semaines par les soupçons de trafic d'influence pour des liens avec le gestionnaire de la fortune de l'héritière du groupe L'Oréal, Liliane Bettencourt, il reçoit l'ovation des députés de droite.

Dès la fin de son intervention, les députés du groupe communiste mettent à exécution leur "plan". Comme un seul homme, ils quittent les bancs de l’Assemblée pour aller déposer aux pieds de François Fillon et des ministres présents des paquets de pétitions signées cet été contre la réforme. "Staliniens ! Fascistes !", hurlent alors les députés de la majorité. Pour calmer tout le monde, le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, suspend brièvement la séance.

La séance reprend quelques minutes plus tard pour encore trois quarts d’heure animés. Le dossier des retraites aura monopolisé la séance, avec pas moins de 11 sur 15 questions au gouvernement concernant la réforme à venir.

Cette séance ouvrait deux semaines de débats au cours desquelles les députés doivent notamment se pencher sur quelque 700 amendements déposés. Le gouvernement, qui espère un vote fin octobre, est prévenu. Il va falloir s'armer de patience...


 

Première publication : 07/09/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)