Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

Culture

Descendre le fleuve Congo et en revenir

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 20/09/2010

Le photographe belge Cédric Gerbehaye a passé trois années à descendre le fleuve Congo, à la recherche de signes d'espoir dans ce pays déchiré par la guerre. Son reportage coïncide avec les 50 ans de l'indépendance de la RDC. Rencontre à Perpignan.

C'est sans doute, de toutes les photographies présentées à Visa pour l'Image à Perpignan, celles où prédominent le mystère et le trouble. Où le temps s'écoule avec lenteur. Où l'on pourrait plonger et ne jamais en revenir. Servi par des images en noir et blanc léchées, le reportage s'effectue le long du fleuve Congo, seule voie possible pour relier l'est et l'ouest de ce vaste pays africain qu'est la République démocratique du Congo (RDC). "Pour traverser le pays, soit vous prenez l'avion, mais peu de personnes en ont les moyens, soit vous prenez un pousseur de barge", résume Cédric Gerbehaye, l'auteur du photoreportage.

Le photographe belge Cédric Gerbehaye

Ce photojournaliste belge, membre de l'agence VU, connu et récompensé pour ses reportages sur le conflit israélo-palestinien et sur les Kurdes de Turquie et d'Irak*, prend le temps qu'il faut pour comprendre. Son parcours de trois ans le long du fleuve est semé d'embûches administratives, d'autorisations de circuler et de travailler qui s'obtiennent à la longue. Cette lutte, les Congolais la connaissent par le détail. "Par manque de bateaux, bien souvent la marchandise pourrit dans des ports le long du fleuve", dit la légende d'une photo. La gabegie est présente à chaque halte, et la colère des voyageurs semble ravalée à force de résignation.

Les guerres ont un temps bloqué le trafic fluvial. Et encore aujourd'hui, la descente du 2e fleuve le plus long du monde est un parcours chaotique. Là, "un commerçant chinois patiente dans un bureau de l'Onatra, l'Office national des transports, à Kinsangani. Sa marchandise est bloquée dans la cale d'une des barges de Kotakoli. Il apprendra plus tard qu'un agent de l'Onatra a empoché l'argent du transport et a fait disparaître les documents relatifs à la marchandise." Ailleurs, au port de Bolomba, dans la province de l'Équateur, Cédric Gerbehaye immortalise le bureau des archives de l'Onatra : des étagères saturées de vieux papiers empilés, sans aucun repère alphabétique ou calendaire.

Dans l'exposition qu'il propose à Visa pour l'Image, "Congo in Limbo", et contrairement au livre qu'il a publié sur le sujet, il n'y a pas d'images d'enfants-soldats ou de femmes violées, ces barbaries insupportables qu'endurent les populations du Nord-Kivu. Le photographe rend ici simplement justice au quotidien des Congolais : le baptême par immersion d'un jeune homme dans les vastes eaux du fleuve le jour de Noël ; la prière sur le bateau tous les matins pendant que le manioc sèche sur le pont-arrière ; les Jecoke (jeunes comiques du Katanga) en répétition à Elisabethville ; les officiers de la police judiciaire qui jouent aux cartes ; tandis qu'au loin, l'hôtel "des Chutes", vestige de l'ère coloniale à Kisangani, est aujourd'hui abandonné et rongé par l'humidité.

Son reportage coïncide avec les cinquante ans de l'indépendance de la RDC après un demi-siècle de colonisation belge. D'ailleurs, Gerbehaye, lui-même belge de naissance, a-t-il voulu revisiter l'Histoire et casser les préjugés reçus enfant ? "Pas vraiment, puisque je n'ai pas entendu parler du Congo sur les bancs de l'école, raconte Cédric Gerbehaye. L'étude de la RDC n'était pas au programme, comme si c'était tabou. Du coup, je me suis documenté sur les énormités de la colonisation et de la guerre. Après un premier voyage en 2007, c'est devenu comme un devoir d'y retourner."

Le photographe assume aussi une partie esthétisante de son travail, le choix du noir et blanc "par plaisir". Le tirage papier valorise le grain de la pellicule, qui brouille le regard. "La réalité de la guerre est sale et trouble, on a des difficultés à accéder à la vérité. Pour moi, il ne faut pas que les choses soient lisses, soient propres, il faut qu'elles soient difficilement accessibles. Il faut faire un effort pour voir et comprendre."


Le livre, "Congo in Limbo", aux éditions Le bec en l'air, juin 2010.

*Le travail de Cédric Gerbehaye en République démocratique du Congo a été récompensé par un troisième prix au World Press Award en 2008. Il peut aussi s'apprécier sur papier et sur le web :

- Congo in Limbo, éditions Le bec en l'air, juin 2010

- www.congoinlimbo.com, un site qui mêle vidéos d'archives, témoignages d'enfants-soldats, et reportages photographiques.

 

 

 

 

 

visa2010

Première publication : 07/09/2010

  • PHOTOJOURNALISME

    Les mormons polygames du Texas et de l'Utah investissent Perpignan

    En savoir plus

  • PHOTOJOURNALISME

    Snow White, Country, Chuck et Lisa, sans-abri new-yorkais qui sortent de l’anonymat

    En savoir plus

  • PHOTOJOURNALISME

    Corentin Fohlen, de Bangkok à Port-au-Prince hors des clichés battus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)