Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Economie

Le sulfureux Mark Hurd devient le nouveau co-président d'Oracle

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/09/2010

Licencié de HP après une affaire de mœurs, Mark Hurd a été nommé, lundi, co-président d’Oracle en remplacement de Charles Philips remercié à la suite… d’une histoire d’adultère.

Les dirigeants au CV chargé de scandales sexuels semblent avoir la côte en ce moment dans le monde plutôt austère des serveurs, bases de données et PC. Le géant des serveurs informatiques Oracle a, en effet, confirmé lundi que le sulfureux Mark Hurd devenait son nouveau co-président. Cet ancien PDG d’HP remplace Charles E. Phillips, un autre dirigeant tombé à la suite d'une affaire de mœurs.

Mark Hurd n’a donc pas tardé à rebondir. Pourtant en août, sa carrière de chef d’entreprise semblait sérieusement compromise. Il était alors empêtré dans une sombre histoire qui a largement fait les choux gras de la presse à scandale aux États-Unis. Son ancien employeur, le géant des PC HP, l’a licencié le 7 août pour "écart de conduite".

Le groupe avait reçu en juin une plainte pour harcèlement sexuel d’une collaboratrice externe. Après une enquête interne, l’accusation n’a pas été retenue mais HP a alors découvert que son patron avait dépensé sans compter pendant plusieurs années en sorties et dîners avec une certaine Jodie Fisher, une ancienne modèle de Playboy.

Vengeance d’une maîtresse

De quoi se séparer d’un PDG qui avait pourtant réussi à faire d’HP le numéro 1 des PC ? Plusieurs spécialistes du secteur estiment que les actionnaires du groupe ont surtout sauté sur le scandale pour se débarrasser de l’un des patrons les plus détestés de l’histoire de HP. Les employés lui reprochaient sa vision à court terme, son dédain pour la recherche et le développement ainsi que ses manières brutales.

Une pancarte montrant la relation adultère d'un dirigeant d'Oracle

Oracle récupère donc un personnage particulièrement controversé. La décision a d’autant plus étonné que Mark Hurd remplace Charles E. Philips  mêlé lui-même depuis le début de l’année à une histoire d’adultère. Les faits remontent cette fois-ci à début 2010. Des pancartes géantes apparaissent alors dans plusieurs grandes villes américaines, comme New York et San Francisco. On y voit Charles E. Philips, tout sourire, en compagnie d’une femme… qui n’est pas la sienne. Il s’agissait, en réalité, de la vengeance d’une maîtresse de Philipps, qui avait même mis en place un site internet pour rendre compte des infidélités de son amant. Ce dernier a été obligé de reconnaître les faits, a perdu sa femme ainsi que son boulot chez Oracle.

Mais l’histoire n’est pas que coquine. En effet, Oracle est devenu l’un des principaux concurrents de HP, qui construit également des serveurs. La société compte donc sur l'arrivée de Mark Hurd pour découvrir quelques secrets maisons de sa rivale. Le PDG du groupe, Lawrence Ellison, l’a d’ailleurs publiquement reconnu. "Nous espérons bien tirer profit de la décision d’HP de le laisser partir", a-t-il expliqué. Seul problème : Mark Hurd a probablement dû signer une clause de non-concurrence en quittant HP. Son arrivée à Oracle risque donc fort de se traduire par une guerre devant les tribunaux.

Première publication : 07/09/2010

COMMENTAIRE(S)