Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco, amoindri, retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Les musulmans de France lancent un appel unitaire contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

Economie

Pour BP, les responsabilités dans la catastrophe Deepwater sont partagées

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 08/09/2010

Le géant pétrolier britannique a rendu public, ce mercredi, son rapport interne sur les causes de la marée noire dans le golfe du Mexique. Il endosse une part de responsabilité mais pointe également du doigt d’autres partenaires.

Le rapport est tombé, les responsabilités seraient partagées. Du moins, selon BP qui a rendu public, mercredi, les conclusions de son enquête de quatre mois sur les origines de la catastrophe Deepwater.

Des "décisions prises par plusieurs compagnies" et l’absence de "cause unique" sont les principaux points mis en exergue dans les 193 pages du rapport.

L’explosion de la plateforme pétrolière le 20 avril, entraînant la pire marée noire de l’histoire des États-Unis, serait aussi bien due à des problèmes techniques qu’à des défaillances humaines, selon l’équipe de 50 spécialistes mandatés par BP. L’enquête identifie six principaux facteurs qui vont de la qualité du ciment utilisé aux mauvaises évaluations des résultats de certains tests.

Faute grave

BP a, par ailleurs, insisté mardi sur le rôle joué dans la tragédie par plusieurs de ses

partenaires. Le groupe britannique cite même nommément les sociétés, Halliburton et Transocean. Les employés de ce constructeur de plateforme pétrolière sont visés à deux reprises. Ils auraient, d'une part, mal évalué les résultats de certains tests de résistance et auraient, d'autre part, tardé à prendre des mesures après l’explosion. Les enquêteurs ont également mis en cause certains matériaux fournis par le géant américain Halliburton.

"Nous avons toujours dit que la responsabilité de cette explosion était partagée entre un grand nombre d’acteurs", a souligné Bob Dudley, qui doit prendre la place du PDG démissionnaire Tony Hayward le 1er octobre.

L’enjeu de ce "partage de responsabilités" est de taille pour le pétrolier. En effet, si les enquêtes officielles américaines retiennent également la thèse d’une faute partagée, BP pourrait éviter la qualification de faute grave. Du coup, l’amende encourue par le géant britannique serait plafonnée à 5 milliards de dollars au lieu de 20.

Première publication : 08/09/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Nouvelle explosion d'une plateforme pétrolière dans le golfe du Mexique

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    BP annonce avoir endigué la fuite de pétrole souillant le golfe du Mexique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)