Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : des centaines de disparus

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

Economie

"Le rapport de BP frise l'indécence"

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/09/2010

Anne Valette, chargée de campagne Climat au sein de Greenpeace France, juge les conclusions de BP avec sévérité et colère. Elle regrette notamment que le groupe britannique n’ait pas reconnu de faute grave.

BP reconnaît une part de responsabilité dans la catastrophe de Deepwater. Est-ce que cela répond à vos attentes ?
Anne Valette : Greenpeace est extrêmement choqué que BP ne reconnaisse pas avoir

Anne Valette, chargée de campagne Climat à Greenpeace France

commis de faute grave. Certes, le pétrolier accepte une part de responsabilité, mais si le fait d'être à l’origine de la pire marée noire de l’histoire n’est pas une faute grave, je me demande vraiment ce qu’il faut faire pour "mériter" cette qualification.

Dans ledit rapport, BP explique n’être pas le seul responsable de la marée noire et cite certains partenaires…
A.V. BP frise l’indécence et cette démarche est puérile. Il m’intéresse moins de savoir si telle société est responsable à 10% - et telle autre à plus - que de voir BP faire un véritable mea culpa. Ce n’est qu’à cette condition que l’on pourra sortir de cette fuite en avant en ce qui concerne les pétroles non conventionnels - comme les forages offshore profonds, voire très profonds. L’enquête de BP ne remet pas du tout en cause ces pratiques à hauts risques. Je tiens d'ailleurs à rappeler qu’après l'épisode du golfe du Mexique, des forages offshore profonds et très profonds (*) se développent en Arctique, avec un écosystème d’une fragilité extrême.

Que pensez-vous des mesures proposées pour renforcer la sécurité et éviter toute nouvelle catastrophe de ce type ?
A.V. Pour Greenpeace, la seule manière d’éviter une nouvelle catastrophe serait l’abandon de ces forages à hauts risques et, plus globalement, de sortir du pétrole d’ici à 2050. Maintenant, j’ai envie de dire que c’est bien aimable à BP de venir dispenser la bonne parole avec des propositions pour tout le secteur, mais le groupe n'est pas en position idéale pour jouer les donneurs de leçon. Il ne faut pas se laisser tromper. L’enquête montre que BP mise sur l’oubli et l’indifférence que le temps pourrait générer : on partage les responsabilités, on dit "pardon" et on continue comme si de rien n’était en tentant "si possible" de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

(*) Concerne des nappes de pétrole qui se situent sous couche de sel à plus de 1 000 voire 2 000 mètres sous l'eau.

Première publication : 08/09/2010

  • MARÉE NOIRE

    Pour BP, les responsabilités dans la catastrophe Deepwater sont partagées

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)