Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Economie

"Le rapport de BP frise l'indécence"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/09/2010

Anne Valette, chargée de campagne Climat au sein de Greenpeace France, juge les conclusions de BP avec sévérité et colère. Elle regrette notamment que le groupe britannique n’ait pas reconnu de faute grave.

BP reconnaît une part de responsabilité dans la catastrophe de Deepwater. Est-ce que cela répond à vos attentes ?
Anne Valette : Greenpeace est extrêmement choqué que BP ne reconnaisse pas avoir

Anne Valette, chargée de campagne Climat à Greenpeace France

commis de faute grave. Certes, le pétrolier accepte une part de responsabilité, mais si le fait d'être à l’origine de la pire marée noire de l’histoire n’est pas une faute grave, je me demande vraiment ce qu’il faut faire pour "mériter" cette qualification.

Dans ledit rapport, BP explique n’être pas le seul responsable de la marée noire et cite certains partenaires…
A.V. BP frise l’indécence et cette démarche est puérile. Il m’intéresse moins de savoir si telle société est responsable à 10% - et telle autre à plus - que de voir BP faire un véritable mea culpa. Ce n’est qu’à cette condition que l’on pourra sortir de cette fuite en avant en ce qui concerne les pétroles non conventionnels - comme les forages offshore profonds, voire très profonds. L’enquête de BP ne remet pas du tout en cause ces pratiques à hauts risques. Je tiens d'ailleurs à rappeler qu’après l'épisode du golfe du Mexique, des forages offshore profonds et très profonds (*) se développent en Arctique, avec un écosystème d’une fragilité extrême.

Que pensez-vous des mesures proposées pour renforcer la sécurité et éviter toute nouvelle catastrophe de ce type ?
A.V. Pour Greenpeace, la seule manière d’éviter une nouvelle catastrophe serait l’abandon de ces forages à hauts risques et, plus globalement, de sortir du pétrole d’ici à 2050. Maintenant, j’ai envie de dire que c’est bien aimable à BP de venir dispenser la bonne parole avec des propositions pour tout le secteur, mais le groupe n'est pas en position idéale pour jouer les donneurs de leçon. Il ne faut pas se laisser tromper. L’enquête montre que BP mise sur l’oubli et l’indifférence que le temps pourrait générer : on partage les responsabilités, on dit "pardon" et on continue comme si de rien n’était en tentant "si possible" de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

(*) Concerne des nappes de pétrole qui se situent sous couche de sel à plus de 1 000 voire 2 000 mètres sous l'eau.

Première publication : 08/09/2010

  • MARÉE NOIRE

    Pour BP, les responsabilités dans la catastrophe Deepwater sont partagées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)