Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef

En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour le tournage de "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG hérite de Barcelone, Monaco de Benfica

    En savoir plus

Economie

Un ex-otage "tweete" durant sa captivité

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/09/2010

Le journaliste japonais Kosuke Tsuneoka, libéré samedi, a expliqué comment la veille de sa libération il avait réussi à piéger ses ravisseurs pour mettre à jour son fil twitter.

"Ils connaissaient le mot 'Internet' mais ne savaient pas de quoi il s’agissait". Le journaliste japonais Kosuke Tsuneoka, libéré par ses ravisseurs afghans ce week-end, a donné, mardi, le fin mot d’une histoire qui avait troublé tout le Japon ces derniers jours.

Vendredi, soit un jour avant sa liberation, sa famille et ses proches ont vu avec stupeur deux messages successifs apparaître sur son fil Twitter. C'est la première fois, depuis 5 mois, qu'ils ont des nouvelles de lui. "Je suis en vie, mais toujours en prison", écrit tout d’abord en anglais Kosuke Tsuneoka. Quelques minutes plus tard, il précise "ici à Kunduz, dans la prison du commandant Lativ".

L’histoire apparaît d’abord trop belle pour être vraie. Jamais un otage n’avait eu accès à Internet pour rassurer ses proches… Et puis, Kosuke Tsuneoka a toujours, par le passé, écrit en japonais sur son fils Twitter. Certains pensent alors qu’il s’agit d’une ruse du groupe de ravisseurs qui seraient en pleine négociation avec les autorités japonaises. Mais c'est le premier signe d’espoir pour les amis du journaliste.

Un garde curieux

Ils ont donc eu raison d’y croire. Kosuke Tsuneoka a raconté avoir pu profiter de la curiosité de ces geôliers. Trois jours avant ses tweets, l’un des plus jeunes gardes était venu lui montrer son nouveau téléphone. Un modèle dernier cri dont il ne savait pas se servir.

Le journaliste lui explique alors qu’il peut même accéder à Internet. Curieux, son geôlier lui demande comment faire. "Est-ce que je peux voir Al Jazeera sur mon téléphone  ?", lui aurait-il même demandé. Kosuke Tsuneoka prend alors les choses en main. Il a même le droit d’appeler l’opérateur téléphonique pour activer la connexion Internet de son garde !

Une fois relié au vaste monde, le Japonais met son plan en action. Il explique qu’il doit "absolument" voir comment fonctionne Twitter. Aussitôt dit, aussitôt fait. Il peut rassurer sa famille. "Je pense qu’ils n’ont toujours pas compris que je les avais piégés", assure-t-il aujourd’hui.

En revanche, ces mises à jour sur le réseau de micro-blogging n'y seraient pour rien dans sa libération. Selon les autorités japonaises, ses ravisseurs auraient finalement décidé de le relâcher car il est musulman. Kosuke Tsuneoka s’est en effet converti en 2000.

Première publication : 08/09/2010

COMMENTAIRE(S)