Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Amériques

Obama exclut de prolonger les avantages fiscaux accordés par Bush

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/09/2010

À deux mois des élections de mi-mandat, Barack Obama a averti que les avantages fiscaux accordés par son prédécesseur George W. Bush ne pourraient être prolongés pour les Américains les plus riches.

REUTERS - En campagne pour les élections de mi-mandat, le président Barack Obama a exclu mercredi de prolonger les avantages fiscaux pour les Américains les plus riches accordés par son prédécesseur George Bush, qui s'annoncent comme l'une des questions clés du débat électoral.

A moins de deux mois du scrutin, le président américain a déclaré lors d'un déplacement dans l'Ohio que les Etats-Unis ne pouvaient pas se payer le luxe de renouveler les baisses d'impôts pour les foyers dont les revenus annuels dépassent 250.000 dollars. Ces avantages expirent à la fin de l'année.

"Pour tout revenu supérieur à ce montant, les taux d'imposition seront ramenés à leur niveau de la présidence Clinton. Ce n'est pas pour punir les gens qui sont mieux lotis, Dieu les bénisse, c'est parce qu'on ne peut s'offrir de payer 700 milliards de dollars", a-t-il déclaré.

Avant le déplacement dans l'Ohio, un conseiller du président expliquait: "Nous sommes convaincus qu'une classe moyenne saine, dynamique, économiquement viable est cruciale pour la reprise économique et nous soutenons fermement l'extension des déductions fiscales pour la classe moyenne."

"Mais il est vrai aussi que nous n'avons pas 700 milliards de dollars en plus pour financer des avantages fiscaux qui bénéficieront essentiellement aux millionnaires. Economiser ces 700 milliards et les utiliser pour réduire le déficit est faire un bien meilleur usage de l'argent."


Chômage et déficit

Avec le taux de chômage, actuellement à 9,6%, l'énorme déficit des Etats-Unis est l'une des grandes préoccupations des électeurs américains qui pourraient basculer en faveur des républicains le 2 novembre, et leur accorder la majorité à la Chambre des représentants, voire au Sénat.

Les républicains accusent l'administration Obama d'avoir accru les déficits par des plans de relance de plusieurs centaines de milliards de dollars qui n'ont pas tenu leurs promesses en termes de création d'emplois.

John Boehner, le chef de file républicain à la Chambre des représentants, a proposé de geler pendant deux ans tous les taux d'imposition et de ramener le niveau des dépenses fédérales de l'année prochaine à leur niveau de 2008, c'est-à-dire avant le sauvetage controversé des banques et le plan de relance de 814 milliards de dollars.

Selon lui, le maintien des taux d'impôts actuels permettrait de garantir aux petites entreprises une visibilité à moyen terme.

Le gouvernement entend retourner l'argument en déclarant que le prolongement des avantages fiscaux ne fera qu'accroître les déficits.

Dans l'Ohio, Barack Obama a reconnu que sa politique économique n'avait pas porté ses fruits aussi rapidement qu'il l'espérait, mais il a estimé que les propositions de son camp démocrate restaient les mieux adaptées pour relancer l'économie.

Lundi, lors d'un premier déplacement de campagne, Barack Obama a dévoilé un vaste programme de travaux publics d'un investissement initial de 50 milliards de dollars sur six ans afin de stimuler la création d'emplois aux Etats-Unis.

Première publication : 08/09/2010

  • RFI

    Rentrée politique compliquée pour le président Obama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)