Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

L'ONU demande des sanctions après les récents viols collectifs

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/09/2010

De hauts responsables de l'ONU ont demandé mardi au Conseil de sécurité d'envisager des sanctions contre les responsables des 242 viols perpétrés sur des femmes et des enfants entre le 30 juillet et le 2 août en RDC.

REUTERS - De hauts responsables des Nations unies ont appelé mardi le Conseil de sécurité à envisager des sanctions contre les responsables des récents viols collectifs en République démocratique du Congo (RDC). L'adjoint au chef des opérations de maintien de la paix de l'Onu, Atul Khare, a déclaré lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur la RDC que plus de 500 personnes, dont des enfants, avaient été violées en juillet et août dans les régions du Nord et du Sud-Kivu.


Les Nations unies ont fait savoir la semaine dernière que la Mission de l'Onu pour la stabilisation en RDC (Monusco) avait fait état d'un nombre croissants de viols collectifs fin juillet et début août à Luvungi, près d'une de ses bases au Nord-Kivu. Devant le Conseil de sécurité, Khare et l'émissaire des Nations unies contre les violences sexuelles, Margot Wallstrom, ont suggéré que des chefs des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), des rebelles hutus, pourraient être derrière ces crimes.

Les FDLR et les miliciens locaux Mai Mai ont occupé Luvungi du 30 juillet au 3 août.

"Je recommanderai (...) à l'attention du Conseil, l'imposition de sanctions ciblées contre les chefs des FDLR, tant à l'intérieur que hors du pays, si la chaîne de commandement est mise en évidence", a dit Khare.

Wallstrom a soutenu cette idée, soulignant que ces viols semblaient s'inscrire dans "des attaques prévues et organisées".

"Ce qui est particulièrement perturbant, c'est que ces attaques (...) n'ont pas été un incident isolé mais ont fait partie d'un plan plus vaste de viols et pillages systématiques et étendus", a-t-elle dit.

Susan Rice, représentante permanente des Etats-Unis à l'Onu, a déclaré que Washington voterait en faveur de sanctions contre les personnes reconnues coupables de ces viols.

Son homologue turc, qui préside le Conseil ce mois-ci, a pour sa part déclaré que l'organe de 15 membres avait invité la RDC à lancer une enquête pour identifier les responsables.

Le Conseil de sécurité a déjà imposé par le passé des sanctions à des membres des FDLR pour le recrutement d'enfants soldats et pour des violences sexuelles dans l'est de la RDC.

Khare a par ailleurs fait aveu d'échec pour la Monusco, qui dit n'avoir appris que ces viols avaient été commis que deux semaines après, bien qu'elle dispose d'une base à une trentaine de kilomètres de Luvungi. Il a reconnu que la mission des Nations unies "devait faire mieux".

 

Première publication : 08/09/2010

  • RD CONGO

    L'ONU suspend son assistance à des unités de l'armée suspectées d'exactions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)