Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Amériques

Le pasteur Jones annule son projet de brûler des exemplaires du Coran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 09/09/2010

À la suite de la condamnation de Barack Obama, le pasteur Jones a annulé son projet de brûler des exemplaires du Coran à l'occasion du neuvième anniversaire des attentats du 11-Septembre.

En raison du caractère insultant de certains propos publiés sur cette page, France 24 a décidé d'en fermer provisoirement les commentaires.

Le pasteur de Floride, Terry Jones, a annoncé jeudi qu'il renonçait à son projet de brûler samedi des exemplaires du Coran, à l'occasion du neuvième anniversaire des attentats du 11-Septembre.

Terry Jones, pasteur d'une petite église de Gainesvile, en Floride, a déclaré qu'un accord avait été conclu avec des responsables musulmans pour déplacer l'endroit où doit être construit un centre culturel islamique comportant une mosquée, à New York. Néanmoins, Une source proche de l'imam de New York nie cependant que tout accord ait été passé. 

Interpol avertit ses membres de probables attaques

AFP - L'organisation de coopération policière Interpol a lancé jeudi une "alerte globale" à ses 188 pays membres, mettant en garde contre la "forte possibilité d'attaques violentes", en raison du projet d'un groupe intégriste chrétien américain de brûler des exemplaires du Coran.
    
L'autodafé prévu ne peut être interdit en soi, le premier amendement de la Constitution américaine garantissant la liberté d'expression.

 

Le projet d'installation d'un centre musulman près de Ground zero, site des attentats du 11-Septembre à New York, a suscité de vives réactions. De plus en plus d'Américains pensent que le président Barack Obama est musulman, selon des sondages, alors qu'il affiche sa foi chrétienne.

"On assiste à une puissante vague de rhétorique contre les musulmans dans notre société, qui a conduit à un grand nombre d'incidents racistes visant des mosquées et des musulmans à travers le pays", explique Ibrahim Hooper, du Conseil sur les relations américano-musulmanes.

Des condamnations unanimes

Des condamnations étaient venues en cascade des plus hauts responsables américains, du Vatican, du monde islamique et d'autres dirigeants du monde. Quant à l'égérie du "Tea Party" (ultra-conservateur, très religieux), Sarah Palin, ancienne candidate républicaine à la vice-présidence, elle condamne aussi une "provocation inutile".

Le Vatican dénonce "un geste de grave offense envers un livre considéré comme sacré par une communauté religieuse". Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, estime qu'un tel acte ne peut être soutenu "par aucune religion". En Indonésie, pays musulman le plus peuplé du monde, le président a demandé instamment jeudi à Barack Obama d'empêcher l'initiative du pasteur Jones.

Le projet a suscité de vives réactions au Moyen-Orient. L'Iran assure que sa réalisation provoquera des réactions "incontrôlables". L'institution sunnite d'Al-Azhar au Caire, traditionnellement modérée, estime que "si le gouvernement (américain) ne parvient pas à l'arrêter (...), cela ruinera les relations de l'Amérique avec le monde musulman" et "constituera une opportunité pour le terrorisme".

Première publication : 10/09/2010

  • AFGHANISTAN

    Création d'un haut conseil pour discuter de la paix avec les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Robert Gates effectue une visite surprise à Kaboul dans un climat tendu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)