Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande, Macron, passage de témoin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences dans le Kasaï : le pouvoir congolais est responsable, selon Félix Tshisekedi

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mossoul et Raqqa, des batailles perdues pour les jihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel en France : une nouvelle ère ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

FRANCE

Perquisition au siège de l'UMP dans le cadre de l'affaire Bettencourt

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/09/2010

Xavier Bertrand, le numéro un du parti présidentiel, confirme, ce jeudi, que le siège de son parti a été perquisitionné hier par des policiers de la brigade financière, dans le cadre de l'affaire Woerth-Bettencourt.

AFP - Le siège parisien de l'UMP a été perquisitionné mercredi "en début d'après midi" par des policiers de la brigade financière dans le cadre de l'affaire Bettencourt/Woerth, a-t-on appris jeudi auprès du numéro un du parti, Xavier Bertrand, confirmant une information de Paris-Match.

Le directeur général de l'UMP, Eric Cesari, a réfuté auprès de l'AFP, le terme de "perquisition", en faisant valoir que les policiers de la brigade financière avaient "prévenu auparavant" de leur venue.

"C'était une demande de renseignements. Ils voulaient vérifier des documents", a insisté

François Picard en direct du siège de l'UMP

M. Cesari.

Une source policière a affirmé jeudi à l'AFP que cette perquisition avait eu lieu dans le cadre d'une enquête préliminaire conduite par le procureur de Nanterre Philippe Courroye.

M. Cesari a expliqué que les policiers, restés durant une heure et demie au siège du parti, cherchaient "la correspondance entre Eric Woerth et Patrice de Maistre".

Ils ont consulté "toutes les archives" et "n'ont rien pris", a affirmé M. Cesari, qui a signé un "procès-verbal" en ce sens.

Les enquêteurs cherchaient, selon le site parismatch.com, dans les archives datant du premier trimestre 2007 la trace d'un courrier de M. Woerth, du 12 mars 2007, adressé à Nicolas Sarkozy.

Dans ce courrier, dont le ministre du Travail a reconnu l'existence la semaine dernière, M. Woerth, alors trésorier de l'UMP, intercédait pour que Patrice de Maistre, gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, se voit attribuer la Légion d'honneur.

Interrogé par l'AFP, le parquet de Nanterre s'est refusé à tout commentaire.

Première publication : 09/09/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    La justice suisse enquête sur les biens de l'héritière de L'Oréal

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Élysée apporte une nouvelle fois son soutien à Éric Woerth

    En savoir plus

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    Éric Woerth reconnaît avoir demandé la Légion d'honneur pour Patrice De Maistre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)