Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

Amériques

Un quartier de San Francisco ravagé par un incendie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2010

Une explosion près de l'aéroport international de San Francisco, susceptible de provenir d'un conduit de gaz naturel, a fait au moins un mort et une vingtaine de blessés. Une cinquantaine d'habitations sont également détruites.

REUTERS - Un incendie déclenché par l'explosion d'une conduite de gaz a ravagé jeudi
un quartier de la banlieue de San Francisco, faisant au moins un mort et 25 blessés, rapportent les autorités.

Une cinquantaine de maisons ont été détruites par les flammes après la déflagration survenue vers 18h00 locales (01h00 GMT vendredi) à San Bruno, à quelques km de l'aéroport international de San Francisco. Cent vingt autres habitations ont été endommagées.

La télévision a montré les images spectaculaires d'une grosse boule de feu et de flammes s'élevant très haut dans le ciel. Les habitants ont cru, en entendant le bruit de
l'explosion, avoir affaire à un séisme ou un accident d'avion.

Des moyens aériens ont été mobilisés aux côtés des équipes de pompiers déployées au sol pour lutter contre les flammes, qui se sont rapidement propagées en raison de vents violents.

Première publication : 10/09/2010

COMMENTAIRE(S)