Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Simone Gbagbo rejette toutes les charges au premier jour de son procès à Abidjan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hugo Lloris : "On a envie d'aller le plus loin possible pendant l'Euro"

En savoir plus

FOCUS

Terrorisme au Bangladesh : des activistes visés par Al-Qaïda et l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le mystère Henri Pick", une enquête littéraire signée David Foenkinos

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des pénuries en série au Venezuela et l'industrie du jeu vidéo africain

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare au gorille"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le costard d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

Culture

Un rapport épingle le fonctionnement de l'hôtel Drouot

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2010

Un rapport sur le fonctionnement de l'hôtel Drouot réalisé à la demande du ministère de la Justice après que des vols en interne ont été constatés en 2009 dénonce "l'opacité" de la gestion de la célèbre salle de ventes aux enchères parisienne.

AFP - Un rapport sur le fonctionnement de Drouot, réclamé par le ministre de la Justice après un scandale de détournements d'oeuvres d'art en 2009, met en évidence l'opacité du célèbre hôtel des ventes qui réunit 70 commissaires-priseurs, a révélé vendredi le quotidien Les Echos. 

L'institution fait preuve d'un "conservatisme organisé", d'une "gouvernance minimaliste", d'un "dispositif statutaire fermé", de "méthodes de travail dépassées" sans compter "la baisse de la qualité de ses marchandises": c'est le constat sans appel du rapport, commandé par Michèle Alliot-Marie et auquel ont eu accès Les Echos.
 
Les rapporteurs, qui préconisent de restaurer la confiance, dénoncent "une opacité des structures et des circuits", "un déficit d'encadrement juridique", "une faiblesse du règlement intérieur", "une irresponsabilité des manutentionnaires", là où "l'usage prime sur le contrat formalisé", note le quotidien.
 
Interrogé par l'AFP, le ministère de la Justice a indiqué que Michèle Alliot-Marie s'exprimera sur ce sujet dans les semaines à venir.
 
Après le scandale, révélé fin 2009, des vols opérés à Drouot par les manutentionnaires de l'hôtel des ventes parisien, baptisés les Savoyards, la ministre de la Justice, qui a autorité sur les commissaires-priseurs judiciaires, a confié à trois hauts fonctionnaires le soin d'auditer Drouot. Remis fin avril au garde des Sceaux, le rapport n'a toujours pas été rendu public, précise le quotidien économique.
 
En juillet, la justice a mis en examen l'Union des commissionnaires du célèbre Hôtel des Ventes de Drouot dans l'enquête sur des détournements d'oeuvres d'art, mettant ainsi un terme à 150 ans de liens entre la prestigieuse maison d'enchères et ses "cols rouges" ou "Savoyards".

Première publication : 10/09/2010

  • ENCHÈRES

    Plus de deux millions d'euros pour la vente Prévert à Paris

    En savoir plus

  • ENCHÈRES

    Mise en vente d'une collection intime d'Yves Saint Laurent et de Pierre Bergé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)