Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Trierweiler - Royal : une affaire privée ou politique ?

En savoir plus

François Hollande : une présidence à contre-courant ?

En savoir plus

Nicolas Sarkozy : que retiendra l'Histoire ?

En savoir plus

La vague bleue Marine ?

En savoir plus

François Hollande engrange les ralliements

En savoir plus

Une drôle de campagne ?

En savoir plus

Nicolas Sarkozy : le début du mea culpa ?

En savoir plus

Nicolas Sarkozy, au sommet de l'échec ?

En savoir plus

Élection présidentielle : "une campagne inesthétique"

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

Amériques

Le pasteur Jones renonce à brûler le Coran

Vidéo par Valérie DEFERT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2010

Un proche du pasteur de Floride Terry Jones a confirmé que ce dernier aurait renoncé à brûler des exemplaires du Coran ce samedi, jour anniversaire des attentats du 11-Septembre. Un projet qui avait suscité de vives inquiétudes.

AFP - Le projet du pasteur américain Terry Jones de brûler des exemplaires du Coran samedi -- jour anniversaire des attentats du 11-Septembre -- qui a suscité des protestations dans le monde entier, ne sera pas mené à son terme, a confirmé vendredi un de ses proches.

"Pour être clair, je voudrais confirmer à 100% qu'il n'y aura pas de corans brûlés demain (samedi, ndlr) à 18H00 comme c'était prévu", a déclaré lors d'une conférence de presse, K. A. Paul, un ami évangéliste du pasteur Terry Jones, chef d'un groupuscule chrétien intégriste d'une cinquantaine de fidèles de Gainsville.

Plus tard dans la soirée il a annoncé à l'AFP que Jones était parti pour New York où il entend rencontrer l'imam Feisal Abdul Rauf, à l'origine d'un projet controversé de construction d'une mosquée près de Ground Zero où se trouvaient les tours jumelles du World Trade Center, détruites le 11 septembre 2001.

"Le pasteur Jones n'est plus à Gainsville. Il s'est envolé pour New York et j'ai moi-même payé son billet et réservé une chambre pour lui ce soir à New York", a déclaré K.A. Paul.

Le pasteur, qui veut convaincre l'imam Feisal Abdul Rauf de renoncer à son projet, avait déclaré dans l'après-midi qu'il n'avait pas eu de nouvelles de sa part mais qu'il avait "toujours grand espoir de le rencontrer" et qu'il était convaincu que la rencontre aurait lieu samedi.

Il avait également redit son intention de ne pas mener à terme son autodafé. "Actuellement, nous avons l'intention de ne pas le faire", avait-il assuré sur la chaîne ABC.

Le pasteur avait annoncé jeudi qu'il abandonnait son initiative -- après avoir laissé planer une lourde incertitude -- en échange de la promesse que la mosquée ne se construirait pas à l'endroit prévu.

Mais l'imam Feisal Abdul Rauf a très vite démenti tout accord et a affirmé qu'il n'avait pas convenu de rencontrer le pasteur à New York.

"Nous voulons savoir (...) s'il est d'accord pour déplacer le site de la mosquée", avait indiqué M. Paul, sans toutefois dire ce que comptait faire le pasteur s'il ne rencontrait pas l'imam où si celui-ci n'acceptait pas de trouver un autre site où construire sa mosquée.

Après avoir qualifié de "geste destructeur", jeudi, le projet de brûler le Coran, le président américain Barack Obama a dit vendredi vouloir faire en sorte d'éviter que l'initiative du pasteur ne fasse des émules. Il a en outre appelé ses concitoyens à la tolérance religieuse et à "ne pas se tourner les uns contre les autres".

Dans le monde entier, protestations et mises en garde s'étaient multipliées face au projet du pasteur survenant à un moment particulièrement sensible, l'anniversaire du 11-Septembre coïncidant cette année avec la fin du ramadan.

Vendredi, des milliers d'Afghans ont protesté devant une base de l'Otan. Au Pakistan quelque 600 personnes ont manifesté, brûlant des drapeaux américains.

Interpol a lancé une alerte à ses 188 pays membres, mettant en garde contre des "attaques violentes visant des innocents".

Les présidents afghan, Hamid Karzaï, et indonésien, Susilo Bambang Yudhoyono, ont profité de la fin du ramadan pour exprimer leur indignation, tandis que le Vatican condamnait une "initiative irresponsable".

L'organisation Amnesty International a dénoncé pour sa part un climat de "persécution" à l'encontre des musulmans aux Etats-Unis.

Au nom de la liberté de culte, le président américain Barack Obama s'est dit favorable au projet de centre islamique près de Ground Zero, tout comme le maire de New York Michael Bloomberg. Mais d'après les sondages, une majorité d'Américains souhaiterait qu'il soit déplacé.

Plus de 7.000 fidèles se sont réunis vendredi à la mosquée de Harlem pour fêter la fin du ramadan et montrer que "l'islam rime avec amour, paix et unité".

La presse s'interrogeait sur la couverture jugée par fois excessive donnée à "l'obscur pasteur" de Gainsville.

"Ce n'est qu'un type qui habite au milieu de nulle part, qui a une cinquantaine de fidèles et qui, à ma connaissance, a décidé de se faire remarquer en disant qu'il allait brûler un Coran", a ainsi affirmé Michael Clemente, vice-président de Fox News, dans un entretien au quotidien Baltimore Sun. "Il y a beaucoup de choses plus importantes que ça qui se passent dans le monde", a-t-il ajouté.

Première publication : 11/09/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Emballement et mea culpa des médias autour de l’affaire du pasteur de Floride

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Des milliers de manifestants protestent contre le projet de brûler le Coran

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama condamne le projet "destructeur" visant à brûler des exemplaires du Coran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)