Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le copilote de la Germanwings était-il dépressif ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Offensive militaire au Yémen - Elections départementales en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crash de l'A320 de Germanwings - Les élections au Nigeria

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Chômage, au-delà de la courbe

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : la fête nationale endeuillée par l'attentat du Bardo

En savoir plus

MODE

Alaïa, Jarrar et Kayrouz marient l'ascèse à la sensualité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Nigeria : les 2 principaux rivaux signent un accord de paix

En savoir plus

#ActuElles

Les super héroïnes débarquent dans la BD

En savoir plus

Asie - pacifique

Deux morts dans des accrochages entre police et manifestants au Cachemire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/09/2010

De nouveaux heurts ont éclaté entre policiers et manifestants à Mendhar, dans la région de Jammu, au Cachemire indien. Les forces de l'ordre ont ouvert le feu lors d'un rassemblement, tuant deux personnes et en blessant au moins onze autres.

AFP - Deux manifestants ont été tués et au moins onze blessés par la police mercredi au Cachemire indien, territoire à majorité musulmane secoué depuis trois mois par un mouvement de protestation contre l'autorité de New Delhi, a annoncé la police.

La police a ouvert le feu lors d'un rassemblement à Mendhar, dans la région de Jammu où les Hindous sont majoritaires, à 450 km de Srinagar. Les coups de feu ont fait, selon le dernier bilan de la police, deux morts et au moins onze blessés.

"Les forces de sécurité ont dû ouvrir le feu lorsque les manifestants sont devenus violents", a indiqué un officier de police sous le couvert de l'anonymat. "Ils ont ouvert le feu seulement après que les gaz lacrymogènes et les charges à la matraque n'ont pas donné de résultats", a-t-il affirmé.

Ouvrant des discussions à New Delhi entre partis politiques sur l'avenir du Cachemire à l'initiative du gouvernement indien, le Premier ministre Manmohan Singh s'est dit "choqué et bouleversé" par les décès, en particulier de jeunes, survenus lors de manifestations et a appelé au calme pour permettre à des pourparlers de résoudre la crise.

Il a accusé "certains groupes" d'orchestrer les incidents, ajoutant qu'un "dialogue significatif ne peut se produire que dans une atmosphère sans violence ni confrontation".

Dans le passé, New Delhi a souvent accusé le Pakistan, qui contrôle l'autre partie du Cachemire, d'alimenter les troubles.

Les violences se sont intensifiées ces derniers jours au Cachemire indien. Lundi a été la journée la plus sanglante (18 morts) depuis le début d'un mouvement de protestation en juin contre l'autorité de New Delhi.

Les autorités avaient alors instauré un strict couvre-feu, que plusieurs manifestants ont violé mardi et mercredi, en jetant des pierres sur des policiers.

La vague de troubles, qui a débuté le 11 juin après la mort d'un étudiant de 17 ans tué par la police pendant une manifestation séparatiste, a fait au moins 90 morts, des civils pour l'essentiel tués par les balles des forces de sécurité indiennes.

La partie indienne du Cachemire est le théâtre d'une insurrection contre l'administration de New Delhi, qui a fait plus de 47.000 morts depuis 1989, selon des chiffres officiels.

Un processus de paix entamé en 2004 avec le Pakistan avait permis d'enrayer les violences, avant leur recrudescence au début de l'été.
 

Première publication : 15/09/2010

  • INDE

    Au moins 13 morts dans des violences au Cachemire indien

    En savoir plus

  • INDE

    Au Cachemire, neuf manifestants tués par les forces de sécurité

    En savoir plus

  • INDE

    Le Cachemire indien en proie à de violentes émeutes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)