Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus Sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Afrique du Sud : Ramaphosa présente son plan d'action pour l'après-Zuma

En savoir plus

TECH 24

Corée du Sud : l'innovation en forme olympique

En savoir plus

FRANCE

Fillon jette l'opprobre sur MAM dans l'affaire du "Monde"

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 15/09/2010

Lors d'une séance à huis clos des députés UMP à l'Assemblée nationale, ce mardi, François Fillon a épinglé Michèle Alliot-Marie. Le Premier ministre s’étonne des "fuites à répétition" qui émanent du cabinet de la garde des Sceaux.

En pleine affaire sur la divulgation par le journal "Le Monde" des procès-verbaux d’audition de l’enquête Woerth-Bettencourt, François Fillon s’en est pris à Michèle Alliot-Marie. La garde des Sceaux, dans le collimateur du Premier ministre depuis que l'un de ses conseillers, David Sénat, a été désigné comme l'une des taupes possibles dans l’affaire, a été recadrée, mardi, lors de la réunion hebdomadaire du groupe UMP à l’Assemblée nationale. Une remise en place qui a laissé les députés stupéfaits.

Le Premier ministre a en effet estimé qu'il fallait "remettre les choses à l'endroit", avant de déplorer – dans une phrase assassine - "les fuites répétées émanant du cabinet de

Michèle Alliot-Marie". "La République ne peut pas accepter" que soit "violé le secret de l'enquête", a-t-il continué. En désignant le cabinet de MAM comme instigateur des fuites à répétition, le Premier ministre a frappé fort.

Une première ministrable écartée ?

Jamais encore le nom d’Alliot-Marie - première ministrable potentielle - n’avait été ouvertement évoqué dans l'enquête sur la source du journal "Le Monde". "C'était très dur, très violent cette charge contre Michèle Alliot-Marie", commente un élu UMP, tel que l'a rapporté Libération.fr. "Quand on connaît un peu François, on sait qu'il ne dit jamais rien au hasard. Cette phrase n'en prend que plus de poids", ajoute une autre source parlementaire. Selon le Parisien.fr, un député a même sous-entendu une possible implication de la garde des Sceaux dans cette affaire d’État en déclarant : "David Sénat n’est pas un conseiller lambda. Il est proche de MAM, il l’a suivie dans trois cabinets, il est très politique…"

Reste à savoir si le Premier ministre essaye sciemment d’écarter la garde des Sceaux d’un poste qu’elle convoite. Son nom circule depuis quelques temps pour lui succéder à Matignon. Ambition désormais avortée ? Pour le moment, MAM n’a ni réagi ni tenté de se justifier. Elle était pourtant présente salle Colbert au moment de cette attaque frontale.

Première publication : 15/09/2010

  • AFFAIRE BETTENCOURT

    "Le Monde" accuse l'Élysée d'avoir violé le secret des sources

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)