Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'Onu et la France veulent faire la lumière sur les accusations de viols d'enfants en Centrafrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fifa: le bal des prétendants

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Pas d'acte illicite dans l’attribution du Mondial-2022", selon le Qatar

En savoir plus

FOCUS

Inde : le gouvernement s’en prend aux ONG

En savoir plus

FACE À FACE

Hollande - Royal : le retour d’un couple politique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les milices chiites en première ligne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Al Pacino fait flop, Oscar Isaac au top

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La guerre du streaming divise les rappeurs américains

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l’État islamique : constat d’échec pour la coalition internationale ?

En savoir plus

Amériques

La secrétaire générale de la présidence démissionne sur fond de scandale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2010

Erenice Guerra (à d.), secrétaire générale de la présidence brésilienne, a présenté sa démission jeudi. Selon une publication locale, elle serait impliquée dans un scandale de pots-de-vin au bénéfice de l'entreprise de son fils.

AFP - La ministre chef du gouvernement de Luiz Inacio Lula da Silva, Erenice Guerra, a démissionné jeudi de ses fonctions face aux accusations de trafic d'influence portée par l'opposition et la presse avant les élections d'octobre, a annoncé le porte-parole de la présidence.

Le porte-parole Marcelo Baumbach a lu une lettre envoyée par Erenice Guerra à Lula présentant sa démission "irrévocable". "Le président a décidé d'accepter sa démission", a dit le porte-parole aux journalistes.

La démission de la ministre chef intervient à un peu plus de deux semaines de l'élection présidentielle du 3 octobre dont la grande favorite est la candidate de Lula, Dilma Rousseff. Elle occupait le poste de ministre chef avant de se lancer dans la course présidentielle et Erenice Guerra était alors son bras droit.

Ces derniers jours, les accusations - dont certaines font l'objet d'enquêtes judiciaires - se sont multipliées contre Erenice Guerra sur le fait que son fils Israël Guerra avait bénéficié de sa position pour négocier des prêts à des taux privilégiés à des entreprises privées. Celui-ci aurait été associé à des proches de sa mère.

"Il m'appartient maintenant de lutter pour que la vérité des faits soit rétablie", a souligné la ministre chef dans sa lettre de démission.

Depuis le début des accusations relayées par la presse brésilienne, Lula lui-même a demandé à la Police fédérale d'enquêter pour éviter que ce scandale contamine la campagne électorale.

Les accusations contre le camp de Dilma Rousseff n'ont jusqu'à présent en rien affecté le soutien des électeurs à la candidate de Lula. Celle-ci obtient 51% des intentions de vote, loin devant son principal opposant, le social-démocrate José Serra, selon les derniers sondages.

Le gouvernement de Lula a déjà été frappé par des scandales, notamment en 2005 lors de son premier mandat. José Dirceu, tout puissant ministre chef du gouvernement avait dû démissionner sous l'accusation d'avoir monnayé le vote de députés. La chute de Dirceu, ancien président du Parti des Travailleurs et homme clé dans l'élection de Lula en 2002, avait alors fait chanceler le gouvernement.

Première publication : 16/09/2010

  • BRÉSIL

    Les principaux candidats à la succession de Lula

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Lula, la star des jingles de la campagne présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)