Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi à 22h10.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 20/09/2010

Silence, on pollue

5 mois après la marée noire, des voix s’élèvent pour critiquer la communication de BP. L’entreprise a investi 93 millions de dollars pour nettoyer son image. Nous avons suivi Kindra et Linda, ces deux femmes ont décidé de briser le silence.

Des campus universitaires de Bâton Rouge, au port de pêche de Venice, nous avons essayé de comprendre comment l’argent de BP avait été dépensé après la marée noire. L’entreprise a multiplié par trois ses frais de communication depuis l’explosion de la plateforme. De l’argent qui a servi à nettoyer l’image de l’entreprise. Mais aussi, à acheter le silence.

 

Pourquoi ce reporter ?

Depuis la rédaction à Paris, cela fait des mois que nous essayons de nous faire une idée précise de la situation en Louisiane : La côte est-elle vraiment propre comme l’a dit BP? Ou la nappe de pétrole a-t-elle coulé en profondeur ?

Au tout début de la catastrophe, lorsque nous nous étions rendus au CEDRE à Brest dans le cadre d’une émission « Environnement » sur le petrole, le directeur nous avait prévenu : « Vous ne saurez rien. L’accès va être bloqué aux médias. C’est toujours comme ça que ça se passe aux Etats-Unis, à chaque fois ». Nous avions du mal à le croire.

Et puis sur Facebook, nous avons rencontré Kindra. Cette « Erin Brokovitch »a travaillé pour BP. Elle dénonce les méthodes de communication du groupe.

Enfin dans la presse anglophone, nous avons alors entendu parler des contrats que BP faisait signer aux pécheurs et aux scientifiques. La ligne directrice de notre reportage commençait à se dessiner.

 

Les pêcheurs en première ligne.

Nous avons été particulièrement touchés par notre rencontre avec certains pêcheurs dans le port de Venice. Ce sont eux qui vont avoir le plus à souffrir de la marée noire. Pour eux, la saison a été très mauvaise, ils n’ont gagné qu’un dixième de leur salaire habituel.

Ceux qui ont accepté de travailler pour BP dans les opérations de nettoyage ont reçu environ 300 dollars par jour. Mais cet argent n’est qu’une avance, cette somme sera en fait déduite du montant des compensations que BP doit leur verser. C’est donc un dédommagement, pas un vrai salaire.

 


Les dangers du pétrole et des dispersants.

Voilà une source d’inquiétude terrible pour les habitants du Golfe et un sujet que nous n’avons pas eu le temps d’aborder dans notre reporter.

A Venice, un pêcheur nous a raconté qu’il avait eu de terribles maux de tête, des vomissements quelques semaines après la catastrophe. Depuis, il souffre de troubles respiratoires, il s’inquiète aussi de voir un liquide « brunâtre » sortir de ses oreilles.

Il y a, en effet, de plus en plus de soupçons autour des produits utilisés pour disperser la nappe et particulièrement le « Corexit ». Au sein de l’agence environnementale américaine, une voix commence à se faire entendre, celle de Hugh Kaufman. Au cours de l’interview qu’il nous a accordée, il nous a précisé que le Corexit pouvait provoquer des hémorragies internes et des cancers.

Et voici sa citation qui ne s’oublie pas: « Si vous lisez l'étiquette sur les barils, il est indiqué que c'est toxique pour la vie humaine. Comme l'a déclaré un sénateur américain, BP a tapissé la région du golfe avec le Corexit, tout comme l'armée américaine avait tapissé le Vietnam avec de l'agent orange." En guise de conclusion.

 

Reportage d'Eve Irvine, Jerome Bonnard, Jennifer Knock

Par Jennifer KNOCK

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/04/2015 Centenaire Première Guerre mondiale

Première Guerre mondiale : la mémoire dans la pierre

En 1914, une ancienne carrière souterraine est réquisitionnée en Picardie par l'armée française. Des centaines de soldats y stationnent pendant près de quatre ans et y ont laissé...

En savoir plus

17/04/2015 Arménie

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

À une semaine de la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens, nos reporters ont accompagné les descendants de ceux qui ont survécu : les Arméniens cachés de...

En savoir plus

10/04/2015 Burkina Faso

Burkina Faso : la génération Sankara

Difficile de comprendre le soulèvement des Burkinabè, qui a conduit à l’éviction du président Blaise Compaoré en octobre 2014, sans évoquer Thomas Sankara. À six mois des...

En savoir plus

03/04/2015 Islam

France : zone de turbulences au sein de l'UOIF

Alors que le congrès annuel de l'Union des organisations islamiques de France s'ouvre, vendredi, au Bourget autour du thème "Mohammed, prophète de miséricorde et de paix",...

En savoir plus

27/03/2015 Venezuela

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

Au Venezuela, depuis plus d’un an, la contestation contre le gouvernement de Nicolás Maduro enflamme régulièrement la ville de San Cristóbal, dans l’État de Táchira, à l’ouest du...

En savoir plus