Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Amériques

Un couple d'Américains accusé d'espionnage en faveur du Venezuela

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2010

Un scientifique et sa femme, tous deux employés du centre nucléaire Los Alamos aux États-Unis, sont accusés d'avoir monnayé des secrets nucléaires au Venezuela. Leur contact vénézuelien était en fait un agent du FBI.

AFP - Un scientifique et sa femme, qui ont travaillé tous les deux au principal centre américain de recherches nucléaires, ont été inculpés pour avoir tenté de faire passer des secrets nucléaires au Venezuela, a annoncé vendredi le ministère américain de la Justice.

Ces Américains, qui ont travaillé au centre nucléaire de Los Alamos (Nouveau-Mexique), "ont été accusés d'avoir communiqué des données classifiées sur des armes nucléaires à une personne qu'ils croyaient être un responsable du gouvernement vénézuélien, et comploté en vue de participer à la fabrication d'une arme nucléaire pour le Venezuela", selon le communiqué du ministère.

Pedro Mascheroni, 75 ans, et Marjorie Roxby Mascheroni, 67 ans, pourraient être condamnés à la prison à vie s'ils sont reconnus coupables de toutes les charges qui pèsent contre eux.

Ils sont accusés d'avoir cherché à obtenir 793.000 dollars en échange de données classifiées remises à leur contact, qu'ils croyaient être un représentant officiel du gouvernement vénézuélien mais qui était en fait un agent du FBI, la police fédérale américaine.

Le ministère de la Justice s'est empressé de préciser que le gouvernement vénézuélien et ceux qui travaillent pour son compte ne sont accusés de rien dans cette affaire, pas plus que les employés travaillant actuellement au centre de Los Alamos.

L'affaire pourrait tout de même tendre un peu plus les relations difficiles entre les Etats-Unis et le Venezuela, dont le président Hugo Chavez est très critique envers son homologue américain Barack Obama.

Le ministère de la Justice explique que les discussions entre Pedro Mascheroni et l'agent du FBI agissant sous couverture ont commencé en mars 2008.

Au cours de ces discussions, "Mascheroni aurait dit qu'il pouvait aider le Venezuela à fabriquer une bombe nucléaire en l'espace de 10 ans et que, selon son programme, le Venezuela utiliserait un réacteur nucléaire souterrain secret pour produire et enrichir du plutonium, tout en produisant de l'énergie nucléaire dans un réacteur situé au grand jour", explique le ministère.

Pedro Mascheroni, un physicien argentin naturalisé américain, a travaillé à Los Alamos de 1979 à 1988. Son épouse, qui y est entrée en 1981, y a travaillé jusqu'à cette année, selon le ministère. Tous deux avaient accès à certaines informations classées.

"Les accusations (contre les deux scientifiques) sont graves et devraient servir d'avertissement à quiconque envisagerait de compromettre les secrets nucléaires de notre pays pour en tirer profit", a déclaré dans le communiqué un haut responsable du ministère de la Justice, David Kris.

Première publication : 17/09/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Prison à vie pour un ex-responsable du département d'État accusé d'espionnage au profit de Cuba

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Microsoft rattrapé par l'affaire des espions russes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)