Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Asie - pacifique

New Delhi envoie l'armée au Cachemire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2010

Déjà placées sous couvre-feu, les principales villes du Cachemire indien à majorité musulmane sont, depuis ce vendredi, sous contrôle de l'armée, qui a été déployée pour faire face aux violences séparatistes qui touchent la région depuis juin.

AFP - L'Inde a déployé l'armée vendredi dans la principale ville du Cachemire, Srinagar, et d'autres villes de cet Etat à majorité musulmane secoué par des violences séparatistes pour appuyer les forces paramilitaires et la police, selon l'AFP et des habitants.

Des troupes ont été aperçues sur la route à Srinagar, capitale d'été de l'Etat du Jammu-et-Cachemire, menant à l'aéroport, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des habitants ont également fait état de la présence de soldats dans des villages des districts de Budgam (centre) et de Baramulla (nord) où de nouveaux heurts se sont produits vendredi entre des manifestants et la police.

Les principales villes du Cachemire indien restaient placées sous un couvre-feu strict imposé depuis dimanche.

Les responsables de la police, des forces paramilitaires et de l'armée avaient annoncé mercredi soir à l'issue d'une réunion avoir redéfini une "nouvelle stratégie" pour rétablir l'ordre dans la région himalayenne, sans fournir plus de précisions.

L'armée avait déjà été appelée en renfort en juillet.

Contactés par l'AFP, le gouvernement local et l'armée se sont refusés à tout commentaire.

Le Cachemire indien est le théâtre depuis trois mois de violentes manifestations contre l'administration de New Delhi provoquées par la mort le 11 juin d'un étudiant de 17 ans tué par une grenade lacrymogène lancée par la police. Le bilan des victimes est d'au moins 96 morts.


 

Première publication : 17/09/2010

  • INDE

    Deux morts dans des accrochages entre police et manifestants au Cachemire

    En savoir plus

  • INDE

    Couvre-feu au Cachemire après la journée la plus sanglante

    En savoir plus

  • INDE

    Au moins 13 morts dans des violences au Cachemire indien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)