Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Asie - pacifique

L'ancien chef des armées Sarath Fonseka condamné à trois ans de prison

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2010

La cour martiale sri lankaise a condamné vendredi Sarath Fonseka, ancien chef des armées et principal opposant au président, à trois ans de prison pour corruption. Il était l'un des artisans de la victoire en 2009 contre les Tigres tamouls.

AFP - Sarath Fonseka, ancien chef des armées du Sri Lanka et principal opposant du chef de l'Etat, a été condamné vendredi en cour martiale à une peine de trois ans de prison pour corruption dans une passation de marché, a déclaré à l'AFP une source militaire.

Les juges ont estimé que l'ancien général quatre étoiles avait favorisé un groupe d'armement dirigé par son gendre, selon cette source.

"Le président du tribunal a lu la décision et elle doit maintenant être ratifiée par le président" Mahinda Rajapakse, a-t-elle déclaré, précisant que le tribunal ne ferait pas de déclaration, conformément à son règlement.

Fonseka, 59 ans, fut l'un des principaux artisans de la victoire militaire proclamée en mai 2009 contre la rébellion séparatiste tamoule, qui a mis fin à trois décennies d'un conflit meurtrier.

Les avocats de l'ancien chef des armées avaient refusé de se prêter aux plaidoiries finales après avoir accusé le tribunal de graves irrégularités.

Le mois dernier, Sarath Fonseka avait été jugé coupable par un autre tribunal militaire pour s'être immiscé en politique avant d'avoir quitté l'armée et avait été déchu de son rang et de toutes ses décorations gagnées pendant ses 40 ans de carrière.

Devant la presse, il avait déclaré s'attendre à ce que le gouvernement le jette en prison pour mettre un terme à sa carrière politique.

Soupçonné par le pouvoir de fomenter un coup d'Etat, il avait démissionné de l'armée à l'automne dernier avant d'entrer avec fracas dans l'arène politique en se présentant en janvier contre le président sortant Rapajapkse.

Largement battu, il avait ensuite été arrêté à la suite de nouveaux soupçons de coup d'Etat et il est depuis détenu dans les quartiers généraux de la marine à Colombo. Son arrestation et sa détention avaient provoqué de violentes manifestations contre le gouvernement.

Il avait été brièvement relâché à l'ouverture de la nouvelle assemblée parlementaire le 22 avril et avait déclaré vouloir se servir de son siège au Parlement pour prôner la liberté et la démocratie dans l'île.

Fonseka a provoqué la colère du gouvernement en déclarant qu'il témoignerait devant un tribunal international sur les crimes de guerre alors que le chef de l'Etat a rejeté toute enquête indépendante en ce sens.

Les Nations unies estiment qu'au moins 7.000 civils tamouls ont été tués au cours des derniers mois du conflit entre l'armée et les rebelles.

Première publication : 17/09/2010

  • SRI LANKA

    Sarath Fonseka, des honneurs militaires à la disgrâce

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Un cargo transportant plusieurs centaines de réfugiés tamouls accoste au Canada

    En savoir plus

  • SRI LANKA

    Le président limoge 12 militaires hauts gradés qu'il soupçonne de vouloir le renverser

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)